Instruction Manual

(Traduction Française)

8 pouces, 1O pouces, and 12 pouces LX200 Schmidt-Cassegrain Telescopes

 

 

 


            Meade Instruments Corporation


Note : Ce mode d'emploi ne comporte pas d'instructions pour !es accessoires optionnels. Le "Catalogue des Accessoires et Guide de l'Utilisateur" vous donnera tous les renseignements utiles sur une large gamme d'accessoires destinée à étendre les possibilités de votre instrument


 

 

 

 

 

 

 

 

 

La formule optique des MEADE de 203 et 254 mm est de type Schmidt-Cassegrain : la lumière entre par la droite du schéma, traverse une mince lame correctrice dont les deux faces sont asphériques, est réfléchie par le miroir primaire principal sphérique, puis par le miroir secondaire convexe asphérique. Ce dernier joue le rôle d'élément grossissant, il multiplie la focale effective du miroir primaire et focalise le faisceau de lumière dans le plan focal, après passage à travers l'ouverture centrale du primaire.

 

Les MEADE de 8 et 10 pouces ont un miroir primaire surdimensionné (8":25 et 10"375, soit 210 mm et 263 mm respectivement} afin d'offrir un champ de pleine lumière  plus étendu que celui des Schmidt-Cassegrain traditionnels, dont le primaire a exactement  le même diamètre que la lame correctrice. En effet, cette dernière joue le rôle d'un dioptre négatif et provoque une légère divergence des rayons incidents ; cela provoque la perte des rayons les plus marginaux, réfractés en dehors de la surface du miroir {voir schéma : avec un miroir de 200 mm, le rayon N°2 serait perdu).

La conception spécifique des MEADE Schmidt-Cassegrain leur permet  d'offrir une luminosité de 10 % supérieure, en dehors de l'axe optique, à celle des modèles concurrents de même ouverture mais  dépourvus de primaire surdimensionné. La formule optique du 2045D est quasi identique, mais ici le primaire n'a plus besoin d'être surdimensionné, la perte de lumière demeurant très faible sur les bords du champ, même en l'absence de cette astuce de conception.

 


WARNING!

N'OBSERVEZ JAMAIS DIRECTEMENT LE SOLEIL   AVEC VOTRE TELESCOPE   MEADE, L'OBSERVATION   DIRECTE DU SOLEIL, MEME   PENDANT LA PLUS PETITE FRACTION DE SECONDE, PROVOQUE DES   LESIONS   IMMEDIATES ET   IRREVERSIBLES   DE   L'OEIL   EN CONSEQUENCE, DURANT   LES   OBSERVATIONS DIURNES, NE   POINTEZ   JAMAIS   VOTRE TELESCOPE DANS LA DIRECTION DU SOLEIL : SON OBSERVATION EST UNE  TECHNIQUE PARTICULIERE NECESSITANT DES FILTRES ET DES ACCESSOIRES SPECIAUX.

LISEZ ATTENTIVEMENT L'AVERTISSEMENT ET LES EXPLICATIONS PAGES 22 ET 23 DU MODE D'EMPLOI PRINCIPAL   AVANT    D’ACTIVER, EN    PLEIN    JOUR, LES    FONCTIONS    DE DEPLACEMENT ELECTRIQUE ET OU DE RECHERCHE AUTOMATIQUE, NOTAMMENT DES PLANETES.  ET CELA AFIN D'EVITER TOUT RISQUE   D'OBSERVATION DIRECTE DU SOLEIL DANS L'INSTRUMENT. LES TELESCOPES MEADE SONT SUJETS A DES MISES A JOUR SANS PREAVIS DANS LE BUTD'AMELIORER LEURS POSSIBILITES OU LEURS PERFORMANCES TEHNIQUES, OU ENCORE POUR   DES   IMPÉRATIFS COMMERCIAUX.   NOUS   NOUS   RESERVONS   LA POSSIBILITE   DE TOUJOURS LIVRER LA DERNIERE VERSION DU MODELE. DOCUMENT NON CONTRACTUEL.

 

 


INTRODUCTION

ATTENTION: AVERTISSEMENT IMPORTANT

Lire  ce manuel (au minimum  l'introduction, les consignes de  montage   et les procédures  de mise  en œuvre, notamment les pages 9 et 16 - références en CAPITALES en haut de page, correspondant  à la pagination du manuel anglais) avant toute utilisation de votre Meade LX200 de 203 ou 254 mm.

 

L'heureux possesseur d'un télescope Meade LX200 dispose d'un instrument, fruit de vingt années d'innovations continues, qui lui ouvre les portes d'un extraordinaire voyage à travers l'espace et le temps. Ce nouveau venu offre la recherche automatisée des objets du ciel, une motorisation ultra-précise et révolutionnaire (le Smart-Drive) et la monture la plus stable et la plus précise jamais mise à la disposition des amateurs.

Les télescopes LX200 sont conçus pour l'observation terrestre ou astronomique. D'un point de vue optique, mécanique ou électronique, les LX200 sont les instruments les plus élaborés de leur génération. Ils permettent l'observation détaillée des planètes du système solaire (Jupiter, Saturne, Mars, etc.) et des objets remarquables du ciel profond : étoiles doubles, nébuleuses, galaxies lointaines. Enfin, l'astrophotographes qui souhaite aller au delà de la simple observation, voit s'ouvrir à lui un champ d'application illimité grâce à l'entraînement motorisé de très haute précision qui autorise des expositions de très longue durée sur film photographique ou caméra numérique à éco.

Les télescopes de 8 et 10 pouces LX200 sont identiques, à quelques différences près, tenant surtout à des particularités de montage. La plupart des accessoires optiques, standards ou optionnels, sont compatibles avec les deux modèles. Les instructions de ce mode d'emploi s’appliquent aux deux instruments. Toutefois, certaines différences mineures subsistent et seront clairement indiquées.

 

 

1.     Qu'est-ce que le concept LX200 ? Une vue d'ensemble

La commercialisation des télescopes Schmidt-Cassegrain LX200 de 8 et 10 pouces marque l'avènement d'une ère nouvelle pour les astronomes amateurs, qu'ils soient débutants ou chevronnés. Le débutant sera émerveillé par la facilité de mise en œuvre : dès la première nuit, il observera les planètes principales ainsi que des centaines d'objets du ciel profond grâce au calculateur numérique. L’utilisateur averti n'aurait pas osé rêver aux possibilités nouvelles, tant pour l'astrophotographie qu'en observation visuelle, apportées par la recherche motorisée ultra-rapide, la lecture numérique des coordonnées célestes ou le système Smart Drive. Pour vous en convaincre, considérez simplement les caractéristiques suivantes, totalement ou partiellement absentes des matériels concurrents :

 

a.   Monture lourde motorisée sur les deux axes, à 4 vitesses de déplacement :

un entraînement à moteur courant continu servo-commandé, par roue dentée et vis sans fin sur les deux axes, autorise un niveau de précision digne d'un instrument professionnel dans la recherche et le suivi le puissant calculateur numérique du LX200 se trouve intégré dans la monture à fourche super massive. Les quatre vitesses de déplacement  selon les deux axes couvrent absolument toutes les nécessités du pointage astronomique : pressez  la touche SLEW  sur la raquette pour une recherche ultra-rapide selon les deux axes, à raison de 8" par seconde; passez instantanément  à la vitesse de recherche fine (2"/s, position FINO) pour centrer l'objet  recherché  dans le champ  du chercheur; Passez alors à la vitesse CNTR (Centrage, 32 fois la vitesse sidérale) pour centrer t'objet dans le champ de l'oculaire ou de l'appareil photographique; enfin, durant les photographies en pose longue, la touche GUIDE permet d'effectuer des corrections extrêmement fines à seulement deux fois la vitesse de suivi sidéral.

 

b. Catalogue électronique intégré de 747 objets :

Le clavier permet, à l'aide de la fonction GO TO, de rechercher automatiquement, à vitesse ultra-rapide (8"/s}, l'un des 110 objets du catalogue Messier,

278 parmi les plus remarquables du catalogue NGC (galaxies, nébuleuses diffuses ou planétaires, amas d'étoiles), l'une des 8 planètes principales, de Mercure à Pluton, ou l'une des 351 étoiles les plus intéressantes (étoiles doubles ou variables, étoiles de référence pour la mise en station électronique). De surcroît, l'afficheur à cristaux liquides indique pour chaque objet visé, sa magnitude, ses dimensions angulaires, son type, la qualité de visualisation probable (hauteur sur l'horizon...) et ses coordonnées (AD et Déc.). Votre télescope peut aussi vous inviter à un "tour de ciel" automatique, par simple pression sur la touche NEXT (objet suivant) ... Si l'objet recherché est en dessous de l'horizon, la commande est automatiquement ignorée. Le catalogue complet CNGC de 8000 objets, couvrant la quasi-intégralité des sujets intéressants du ciel, est également disponible en option sur une extension de mémoire qui s'installe dans le calculateur en quelques minutes.

 

c. Fonctionnement altazimutal :

Pour l'observation visuelle ainsi que pour la photographie de la lune et des surfaces planétaires, le LX200 peut être utilisé en mode altazimutal pour une mise en œuvre encore plus facile et plus rapide. Il suffit pour cela de fixer directement la monture à fourche sur son trépied et d'utiliser la procédure de mise en station simplifiée sur 1 étoile pour que le télescope suive ensuite automatiquement tout objet visé, même aux plus forts grossissements, durant toute la séance d'observation. Fine, la mise en station compliquée sur l'Étoile Polaire ! En revanche, pour les photographies en pose longue (au delà de 5 minutes), le suivi altazimutal induit une rotation du champ : pour ces applications. La mise en station polaire sur table équatoriale demeure indispensable (le calculateur numérique facilite grandement cette opération).

 

d. Utilisation terrestre :

 Le Meade LX200 peut aussi être utilisé comme une fantastique "longue-vue terrestre". Il suffit de le monter sur son trépied en mode altazimutal et d'activer le Mode Terrestre sur la raquette pour pouvoir viser n'importe quel sujet en utilisant l'une des quatre vitesses de déplacement motorisé.

 

 

e. Raquette et panneau de contrôle et de branchements : notons parmi les possibilités les plus marquantes du système LX200 la possibilité de brancher directement une caméra à CCD de type Lynx ou S.B.IG. Permettant également l'autoguidage sur une étoile; une interface série RS232  permettant de commander le télescope depuis le clavier d'un ordinateur ou automatiquement par programme; le réglage de l'intensité d'éclairage du réticule de l'oculaire guide (un mode spécial par impulsions lumineuses assure un guidage très peu éblouissant).

2. Caractéristiques

Modèles LX200 de 203 mm (8 pouces) :

-Tube optique Schmidt-Cassegrain de 8 pouces (D ::: 203 mm), disponibles en rapport FID 6,3 ou F/D 10 (F = 1.280 mm, F/D 6,3 ou F= 2.000 mm, F/D 10); traitement Super Multicouche EMC. Monture à fourche massive avec cercles divisés, mouvements lents manuels et freins sur les deux axes montés sur roulements à billes étanches de 0 10 cm. Entraînement par roue dentée de 146 mm de diamètre et vis sans lin sur tes deux axes. Moteurs courant continu servo-commandés. P otage  par  microprocesseurs  et  base  de temps  quartz. Panneau  de  commande  et  de  branchement  avec  indicateur  de consommation  par LED. Raquette de commande  électronique avec affichage à cristaux liquides et clavier sensitif étanche, tous deux rétro-éclairés en orange. 9 vitesses : 1 vitesse de correction (x 2), 1 vitesse de centrage fin (x 32), 1 vitesse de centrage rapide à 2"/s et 6 vitesses de déplacement rapide (de 3 "/s à 8 "/s par incréments de 1"/s}, système Smart Drive à mémoire permanente  de  correction  automatique des  erreurs périodiques (PPEC),  fonction  GO  TO de  recherche  automatique  par  la bibliothèque intégrée ou par les coordonnées célestes, bibliothèque électronique de 64.350 objets, système H.P.P. (High Précision Painting) autorisant une grande précision de pointage (1 minute d'arc}, mise en station précise avec aide électronique. Câble d'alimentation de 8 rn avec adaptateur secteur 220 V alternatif. Alimentation sur batterie automobile (12 V continus) par l'adaptateur allume-cigares  optionnel Réf. 1812 (Voir catalogue MEADE p. 27). Chercheur 8 x 50 mm réticulé Porte-oculaire et renvoi coudé au coulant 0 31,75 mm. Oculaire Séries 4000 SP 26 mm. Trépied réglable en hauteur. Carton de rangement. Mode d'emploi en français.

 

Modèles LX200 de 254 mm (10 pouces) :

 Tube optique Schmidt-Cassegrain de 10 pouces (D = 254 mm), disponibles en rapport F/D 6,3 ou F/D 10 (F = 1.600 mm, F/D=6,3 ou F= 2.500 mm, F/D=10); traitement Super Multicouche EMC. Monture à fourche massive avec cercles divisés, mouvements lents manuels et freins sur les deux axes montés sur roulements à billes étanches de 0 10 cm. Entraînement par roue dentée de 146 mm de diamètre et vis sans fin sur les deux axes, moteurs courant continu servo-commandés. Pilotage par· microprocesseurs  et base de temps quartz. Panneau de  commande  et de branchement  avec indicateur  de consommation  par LED. Raquette de commande  électronique avec affichage à cristaux liquides et davier  sensitif étanche, tous deux rétro-éclairés en orange. 9 vitesses : 1 vitesse de correction (x 2), 1 vitesse de centrage fin {x 32), 1 vitesse de centrage rapide à 2"Js et 6 vitesses de déplacement rapide {de 3 "/s à 8 •ts par incréments de 1°/s}. système Smart Drive à mémoire permanente  de  correction  automatique  des  erreurs périodiques  (PPEC),  fonction  GO  TO de  recherche  automatique  par  la bibliothèque intégrée ou par les coordonnées célestes, bibliothèque électronique de 64.350 objets, système H.P.P. (High Précision Painting) autorisant une grande précision de pointage (1 minute d'arc}. Mise en station précise avec aide électronique. Câble  d'alimentation de 8 m avec adaptateur secteur 220 V alternatif. Alimentation sur batterie automobile (12 V continus) par l'adaptateur pour allume-cigares  optionnel Réf. 1812 (Voir catalogue MEADE p. 27). Chercheur 8 x 50 mm réticulé. Porte oculaire et renvoi coudé au coulant 0 31,75 mm. Oculaire Séries 4000 SP 26 mm. Trépied réglable en hauteur. Carton de rangement. Mode d'emploi en français.

 

Modèles LX200 de 305 mm (12 pouces) :

- Tube optique Schmidt. Cassegrain de 305 mm de 0, F"' 3.048 mm, F/D =10) ; traitement Super Multicouche EMC. Monture à fourche massive avec cercles divisés, mouvements lents manuels et freins sur les deux axes montés sur roulements à billes étanches de 0 10 cm. Entrainement par roue dentée de 146 mm de diamètre et vis sans lin sur les deux axes.  Moteurs  courant  continu  servo-commandés.  Pilotage  par  microprocesseurs  et  base  de  temps  quartz.  Panneau   de commande  et de branchement  avec indicateur de consommation par LED. Raquette de commande électronique avec affichage à cristaux liquides et clavier sensitif étanche, tous deux rétro-éclairés en orange. 7 vitesses:1 vitesse de correction (x 2), 1 vitesse de centrage fin (x 32), 1 vitesse de centrage rapide à 2"/s et 4 vitesses de déplacement rapide (de 3 "/s à 6 "/s par incréments  de

1"/s), système Smart Drive à mémoire permanente de correction automatique des erreurs périodiques (PPEC), fonction GO TO de recherche  automatique  par  la bibliothèque intégrée  ou par les  coordonnées célestes, bibliothèque électronique  de  64-.350 objets, système H.P.P. (High Précision Painting) autorisant une grande précision de pointage (1 minute d'arc), mise  en station précise avec aide électronique. Câble d'alimentation de 8 rn avec adaptateur secteur 220 V alternatif. Alimentation sur batterie automobile  (12 V continus) par l'adaptateur allume-cigares optionnel Réf. 1812 (voir catalogue MEADE p 27). Chercheur  8 x 50 mm réticulé. Renvoi coudé au coulant 0 50,8 mm (avec adaptateur pour oculaires au coulant 0 31,75 mm). Oculaire Séries 4000

SP 26 mm. Trépied géant réglable en hauteur. Carton de rangement.

Mode d'emploi en français.

 

DÉBALLAGE ET CONTRÔLE

Lorsque vous commencerez à ouvrir les cartons d'expédition et à déballer votre télescope, vous serez pressé de le mettre en fonction ! C'est parfaitement légitime. Toutefois, nous vous demandons un instant de  patience : pour  éviter toute  fausse manœuvre  et déconvenue  ultérieure, après  avoir  pris connaissance des avertissements essentiels ci-dessus, prenez le temps de lire les quelques pages suivantes pour vous familiariser avec les principales caractéristiques et fonctions de votre équipement, pour vérifier que vous disposez bien de tous les éléments et enfin, que l'ensemble vous est parvenu en parfait état de marche.

Nous  vous  conseillons vivement de conserver vos cartons d'emballage. Ils vous permettront d'expédier votre télescope par transporteur à l'étranger. Ou encore au service après vente de l'importateur en cas de panne, et cela en toute sécurité.

Les télescopes  Meade LX 200 commercialisés en Europe sont munis  d'un transformateur  qui tient compte des caractéristiques des alimentations secteur des différents pays (220 volts - 50 hertz). Ils sont également munis d'adaptateurs pour les principales normes de prises de courant des pays européens

 

 

1. Le contenu des différents colis

 Après avoir soigneusement déballé l'ensemble des éléments, vérifiez la conformité au bon d'emballage joint en cochant chaque élément. Ce bon d'emballage indique le contenu standard de votre modèle. Il a fait l'objet d'une double vérification en usine avant expédition.

2. N'hésitez pas à tout vérifier

Meade Instruments, votre importateur national, votre vendeur et les différents transporteurs utilisés ont pris toutes les précautions utiles pour que votre télescope ne subisse aucun dommage. Toutefois, de fortes vibrations, des chocs violents ou une chute sont toujours possibles et ne seront pas toujours signalés par des altérations du carton d'emballage. C'est pourquoi nous vous recommandons de vérifier sans délai l'état de votre matériel et d'émettre, si nécessaire, toutes les réserves d'usage  auprès du transporteur  et de prendre contact le plus rapidement possible avec votre vendeur.

3. Une note sur le "test de la pile électrique »

Environ 94 % de la lumière incidente est réfléchie par le miroir primaire, tandis que 6 % sont diffusés. De même, la lame correctrice transmet environ 98 %de la lumière incidente et en diffuse environ 2 % _

Dans l'obscurité, si vous éclairez l'intérieur du tube avec une pile électrique ou toute autre source de lumière dirigée intense, vous donnerez à ces quelques "pourcent  de lumière diffuse une importance très exagérée. Les surfaces optiques sembleront ainsi de mauvaise qualité et couvertes de poussières. Un tel "test" donne toujours de mauvais résultats apparents, même avec les systèmes optiques les mieux finis et les plus exempts de poussière. Il est sans signification pratique et conduit l'utilisateur non averti à entreprendre des nettoyages trop fréquents, inutiles et, même, nuisibles (risques de rayure

 

ATTENTION : PRÉCAUTION PRÉLIMINAIRES 

4. Tous utilisateurs de LX200

Les systèmes d'entraînement selon les deux axes risquent d'être sérieusement endommagés si vous transportez ou expédiez un télescope LX200 alors que les verrous d'ascension droite (N°7, Fig.3) ou de déclinaison (N°2, Fig.4) sont serrés ! Veillez à toujours desserrer ces verrous avant de ranger le télescope dans sa valise afin de lui permettre de résister aux vibrations et chocs pouvant résulter d'une manipulation brutale ou d'une chute, notamment en cours d'expédition.

 

5. Tous  utilisateurs de LX200 /10 et 12 Pouces (254 mm)

NE TOURNEZ PAS LE BOUTON DE MISE AU POINT A L'ARRIÈRE DU TUBE OPTIQUE AVANT LECTURE DE CET AVERTISSEMENT l

A la base du bouton de mise au point se trouve un boulon rouge à tête fendue destiné à bloquer le mécanisme durant le transport.  Ce boulon doit impérativement être dévissé avant toute action sur le bouton de mise au point. Insérez dans le trou fileté le bouchon de caoutchouc livré avec la visserie et destiné à empêcher l'entrée de poussière.

Le dispositif de mise au point est à présent opérationnel.

Attention : les télescopes de 10 pouces (254 mm) ne devraient jamais être expédiés par transporteur sans être muni de la vis rouge de blocage de mise au point En revanche, cette précaution est inutile pour un transport sur le Site d'observation, par exemple en voiture. Ainsi, le boulon rouge ne doit être remis en place que pour livraison à un transporteur (par camion, train, bateau, avion, etc.) ou lorsque le télescope doit être soumis à un régime sévère (risques de chocs ou de vibrations importantes).

 

 

 

 

a. retour commercial

POUR RECONDITIONNER UN LX200 DE 10 POUCES

 (254 mm), RESPECTEZ IMPÉRATIVEMENT LA PROCÉDURE SUIVANTE:

1. Tournez le bouton de mise au point dans le sens horaire jusqu'en bout de course.  Cette opération ramène le miroir primaire en butée au fond du tube.

 

2. Otez le bouchon  anti-poussière et revisser  le  boulon  à  tête  rouge  fermement, mais  sans  forcer. Attention à ne pas perdre   ce boulon  de  verrouillage : le  filet  répond  aux  normes   anglo-saxonne (mesures  en pouces) et son remplacement en France est malaisé  (boulon de 1/4-20x1" )

 

3. N'expédiez JAMAIS par transporteur votre télescope LX200 de 10 pouces (254 mm} dans sa valise de transport nue. Son poids lui interdirait en pareil conditionnement de supporter des conditions parfois rudes de manipulation ! Au contraire, reconditionnez-le à l'identique dans ses emballages originaux, en veillant à réutiliser TOUS les éléments de mousse préformée et de carton.

 

IMPORTANT: veuillez prendre note de ce que l'expédition par transporteur d'un télescope LX200 de 10 pouces (254 mm) non reconditionné (c'est-à-dire sans que le miroir ait été ramené en butée arrière et le boulon rouge de blocage correctement revisser) vous fera perdre le bénéfice de la garantie pour les dommages résultant de chocs ou de vibrations. La responsabilité du transporteur, du destinataire, du distributeur, de l'importateur, du fabricant ou de leurs assureurs ne saurait être engagée.

 

6.   N° de Version de la raquette de contrôle

Le numéro de version de la raquette est indiqué sur l’étiquette collée au dos.

Le numéro de la version logicielle du télescope est indiqué sur les leds durant quelques secondes lors de la mise sous tension.

MONTAGE DU TÉLESCOPE

Suivez  les  étapes  dans  l'ordre  indiqué  pour le  montage  de  votre télescope  (notez que  le  modèle concerné, de 8 ou de 10 pouces, est indiqué dans les différents intitulés de paragraphes).

 

1. Le trépied (LX200 de 8 ou 10 pouces)

Les trépieds pour télescopes Meade LX 200 de 203 et 254 mm sont livrés complètement pré assemblés, à l'exception du système de tirants-raidisseur (N5>4, Fig.1) et des 6 boutons de blocage pour le réglage en hauteur (2 boutons pour chacun des pieds du trépied). Ces boutons sont emballés séparément.

 

Pour les observations terrestres et le fonctionnement altazimutal, la monture à fourche peut être directement vissée sur le trépied. Le télescope est alors monté en position "altazimutale", avec deux axes de liberté correspondant à l'altitude et à l'azimut (à la verticale et à l'horizontale). Ce mode de fonctionne ment est idéal pour les observations non-astronomiques. Mais aussi pour l'astronomie d'observation et de photographie en pose courte des surfaces planétaires (quelques secondes). En effet, dans ce mode, les mouvements verticaux et horizontaux correspondent  bien aux déplacements en déclinaison  et en ascension droite des coordonnées astronomiques. Cependant, deux mouvements simultanés sont nécessaires au suivi de la rotation de la voûte céleste, ce qui induit une rotation du ciel dans le champ photographié Interdisant  les poses longues.

Fig. 2: LX200 Field Tripod. (1) Tripod Head; (2) Threaded Rod; (3) Tension Knob; (4) Spreader Bar; (5) trLock Knobs; (6) Extension Strut; (7) Tension Hub.

 

 

En utilisation astronomique, le trépied peut être utilisé avec la table équatoriale (voir Annexe A} pour permettre la photographie en longue pose des objets du ciel profond sans rotation du champ. La table équatoriale autorise l'alignement  de l'axe polaire du télescope sur le Nord géographique  afin de permettre le suivi automatique motorisé du déplacement apparent de la voûte céleste.

 

Après avoir ôté le trépied de son emballage, placez-le verticalement, pieds vers le sol et branches serrées les unes contre les autres (voir Fig.2). Saisir deux branches et les écarter doucement  jusqu'à la position d'ouverture maximale, la troisième branche restant posée au sol.

Visser les 6 boutons moletés de serrage {2 sur chaque branche) dans leurs filetages près de la base de chaque branche (reportez-vous à la Fig.1).

 Ces boutons moletés assurent le blocage à la hauteur désirée des branches internes télescopique du pied.

Attention : un serrage "ferme" est suffisant. Un serrage "en force" est inutile (il peut abîmer les filetages)

 

Dévisser l'écrou 6 pans en haut de la tige filetée. L'enlever de la tête de trépied (N°1, Fig.1). Dévisser le second écrou 6 pans de la base de la tige filetée. Faire glisser l'écarteur (pièce à trois branches) le long de la tige filetée en veillant à son orientation (voir Fig.2).Remettre la tige filetée dans son emplacement et glisser le "circlîp" dans la gorge de la tige filetée afin de la maintenir en place (voir Fig.2). Tourner l'écarteur de manière à ce que ses branches prennent appui sur celles du trépied.

 

Placer le télescope (ou la table équatoriale) sur la tête du trépied, de manière que la tête de la tige filetée vienne se placer dans le filetage central de l'embase de la monture. Visser l'écrou moleté (N°3, Fig.1) afin de mettre les branches du trépied en tension pour assurer la rigidité de l'ensemble.

Un serrage terme est amplement suffisant, il est inutile et, même, néfaste de serrer exagérément l’écrou.

 


2. Montage du chercheur 8x50  (LX200 de 8 ou 10 pouces)

Chaque télescope Meade LX200 est livré avec un chercheur droit 8 x 50 mm. Le support du chercheur est emballé séparément, avec les 6 vis Nylon de pointage. Le support se glisse dans une embase fixée au télescope (voir Fig.1  3).

a. Fixation du chercheur

Pour fixer le chercheur, commencer par l'installer dans son berceau support en le glissant entre les 6 vis d'alignement qui sont ensuite serrées légèrement

(N°2, Fig.1  3).

Il suffit alors de glisser le support dans l'embase à queue d'aronde du télescope et de serrer les deux vis de blocage. Ce système de fixation est très précis tout en permettant un démontage instantané.

 

b. Mise au point du chercheur

La mise au point du chercheur a été effectuée en atelier. Toutefois, s'il s'avère nécessaire de la retoucher, suivez la procédure ci-après :

1 -Desserrez la bague de blocage de la mise au point (N°18, Fig.3).

2 - Visez une étoile et tournez le pare-soleil (ce qui revient à déplacer tout le bloc optique frontal) jusqu'à ce qu'elle apparaisse bien nette.

 Attention : lorsque vous tournez dans le sens contraire des aiguilles d'une montre : cela revient à dévisser l’objectif.  Si vous allez trop loin, il peut tomber ! Normalement, seuls quelques tours dans un sens ou dans l'autre suffiront à retoucher la netteté.

3- Resserrez alors la bague de blocage de la mise au point (N°18, Fig.3).

 

c. Pointage du chercheur

Le chercheur doit pointer strictement dans la même direction que le tube principal. Installez sur ce dernier l'oculaire de 26 mm et pointez le tube principal vers un objet distant d'au moins 200 mètres et aisément repérable tel que le sommet d'un pylône, d'un clocher ou d'une antenne de télévision. Centrez cet objet dans le champ de l'oculaire. Il suffit alors de modifier l'orientation du chercheur à l'aide des six vis de réglage en Nylon (N°2, Fig.1) pour amener cet objet au centre du réticule en croix. Lorsque le pointage du chercheur est satisfaisant, il suffit d'amener le sujet à observer au centre de ce système optique grand-champ pour le retrouver automatiquement pointé au centre du champ de l'oculaire du tube principal. Une fois fixé et réglé, le chercheur peut être laissé à demeure sur le tube principal, sauf en cas de rangement du télescope dans sa valise de transport.

 

3. Montage du renvoi coudé et de l'oculaire {LX200 de 8 ou 10 pouces)

Le support d'oculaire (N"6, Fig.1) se visse directement sur le filetage du barillet arrière du tube du télescope LX200. Le renvoi coudé (N°13, Fig.1) coulisse dans le support d'oculaire et accepte les oculaires de 31,75 mm. Le renvoi coudé, en offrant un angle d'observation confortable de 90", facilite généralement l'observation astronomique. Néanmoins, notamment pour l'observation de sujets bas sur l'horizon, l'oculaire peut être directement glissé dans le porte-oculaire. En pareil cas, cependant, l'image apparaît inversée haut-bas et gauche-droite. Avec le renvoi coudé, l'inversion haut-bas disparaît, mais pas l'inversion latérale gauche-droite. Pour certaines observations terrestres, il peut être souhaitable d'obtenir des images entièrement redressées: utilisez le Prisme Érecteur N"924 ou 928 (tube de sortie à 45°), disponibles en accessoires (voir l'édition la plus récente du catalogue pour références exactes et disponibilité des accessoires). Les oculaires et le renvoi coudé sont fixés en placé dans leur tube à coulisse par un serrage modéré des différentes vis de blocage.

 

4. Vérification de la collimation du système optique

Les systèmes optiques Schmidt-Cassegrain Meade ont été soigneusement collimatés (alignés...)  en atelier avant commercialisation. Toutefois, chocs et vibrations peuvent progressivement altérer ce réglage. Cela peut se traduire par une sévère dégradation de la qualité des images. C 1est pourquoi il est important de vérifier périodiquement la collimation et de la retoucher sans hésiter  si nécessaire: cette opération est extrêmement simple avec ce type d'instrument ! Pour connaître la procédure de vérification et de recollimation, reportez-vous à la page 83.

 

MISE EN FONCTION RAPIDE

Pour utiliser toutes les possibilités du télescope, il est indispensable d'introduire certaines informations vitales dans sa mémoire et d'étudier la disposition des commandes et des menus de la raquette de commande informatisée (qui est décrite plus à fond par ailleurs dans ce mode d'emploi}. L'utilisation de ce télescope est à la fois facile et logique, et cela grâce à l'informatisation poussée de ses systèmes de commande, ainsi qu'à une interface limpide, même pour un non informaticien.

 Si vous venez de déballer votre instrument et que vous souhaitiez rapidement utiliser ses fonctions les plus simples, lisez ce chapitre du mode d'emploi qui décrit une procédure simplifiée de mise en œuvre. Cependant, ne négligez pas pour autant, une fois l'excitation de la découverte passée, la lecture détaillée du mode d'emploi : cet instrument ne peut donner sa pleine mesure sans une connaissance détaillée de toutes ses possibilités et fonctions !

 

1. Utilisation manuelle du LX200

La méthode la plus simple pour une mise en œuvre rapide est la commande manuelle du télescope. Après avoir installé le télescope sur le trépied réglable (voir page 11), après avoir monté le renvoi coudé et placé un oculaire, vous pouvez commencer à observer. Même sans chercheur, le pointage d'un sujet terrestre donné est relativement facile à grossissement moyen (utilisez l'oculaire SP 26 mm fourni) en guidant manuellement le télescope de sujet en sujet jusqu'au point recherché.

Desserrez le frein d'ascension droite (N°7, Fig.1) pour pouvoir rapidement déplacer le télescope autour de cet axe. La signification de ces termes "Ascension Droite" et de leur corollaire "Déclinaison" sera expliquée plus avant. Pour l'heure, retenez simplement que "Ascension Droite" (ou "A.O.") signifie simplement "Rotation horizontale" et "Déclinaison" (ou "Déc.") signifie "Rotation verticale". Outre des mouvements de grande amplitude en AD, un réglage fin est prévu à l'aide d'un bouton moleté (N°8, Fig.1), toujours en conservant le frein d'A.D. desserré.

ATTENTION : NE DÉPLACEZ   PAS LE TÉLESCOP  MANUELLEMENT  DANS  LE  PLAN HORIZONTAL LORSQUE LE  FREIN D’ASCENCION DROITE. EST SERRÉ !

Le bouton de réglage fin en AD.  Peut être utilisé en resserrant légèrement le frein d'A.D. afin de créer une légère friction propice à un entraînement dépourvu de jeu. Toutefois, il ne faut en aucun cas, sous peine de risquer d'endommager le système d'entraînement, forcer sur ce bouton lorsque le frein d'A.D. est serré en butée !

De même, en desserrant le frein de Déclinaison (N°2, Fig.4), on peut déplacer rapidement le télescope dans le plan vertical. Pour assurer un réglage fin en Déc., serrez le frein de Déc. à fond et tournez doucement le bouton moleté de réglage fin {N°1 - Fig.4). Attention : n'utilisez pas ce bouton manuel si le télescope est sous tension (voir plus bas, page suivante).

Fig. 4 : LX200 système d’axe en déclinaison

(1) vis de réglage lent manuel

(2) vis de blocage de l’axe de déclinaison

(3) carter de protection de l’engrenage de commande

Après avoir assimilé les commandes manuelles en A.D. et en Déc., recherchez un sujet terrestre facile, par exemple une antenne de télévision sur un immeuble ou le clocher d’une église distante de 500 mètres ou 1 km.

Desserrez les freins en Déc. {N°2, Fig.4) et en AD. (N°7, Fig_1), centrez le sujet dans le champ et resserrez les deux freins pour immobiliser le télescope. Pour un centrage fin, utilisez le bouton de réglage fin en Déc. et, après avoir partiellement desserré le frein correspondant, celui en AD. (Les commandes de réglage fin sont également parfois appelées "mouvements lents")

 

Le bouton moleté de focalisation (également appelé de "mise au point'') est situé sur le barillet arrière à "quatre heures"). La mise au point est strictement interne (elle est réalisée par le déplacement micrométrique du miroir primaire) ce qui évite tout déplacement apparent d'éléments externes. En tournant le bouton dans te sens inverse des aiguilles d'une montre, vous effectuez la mise au point vers l'infini. En le tournant dans le sens horaire, vous rapprochez progressivement la distance de mise au point. D'une butée à l'autre, le bouton effectue environ 45 tours. Attention : la focalisation peut dépasser l'infini pour permettre l'adaptation à des conditions de température éminemment variables d'un site d'observation à l'autre. La mise au point doit être effectuée en tournant très lentement le bouton lorsque la netteté commence à apparaître. Dépassez toujours te point de netteté optimale pour revenir ensuite en arrière.

 

ATTENTION  : LISEZ   L'AVERTISSEMENT  ET  LES  EXPLICATIONS  PAGES   15  AVANT D'ACTIVER, EN  PLEIN  JOUR, LES  FONCTIONS  DE  DÉPLACEMENT ÉLECTRIQUE ET/OU  DE RECHERCHE AUTOMATIQUE AFIN  D’ÉVITER  TOUT  DANGER  LIÉ  A L'OBSERVATION DIRECTE DU SOLEIL  DANS L'INSTRUMENT !

 


2. Utilisation du LX200 en fonctionnement terrestre

Les télescopes LX200 de 8" et 10" sont livrés avec leur calculateur réglé en fonctionnement "Terrestre" :

C’est le mode que vous utiliserez préférentiellement pour l'observation de sujets terrestres. Vous disposez ainsi de quatre vitesses de déplacement, de la plus lente à la plus rapide, disponibles d'une pres

)

 
sion sur la raquette de commande.

Pour exploiter le mode Terrestre, suivez ces étapes :

1 -Desserrez le frein de Déc. (N°2, Fig.4) et placez le tube optique à l'horizontale, de manière à ce que

Le cercle divisé (N°3 - Fig.3) indique 0°. Resserrez le frein de Déc.

2- Desserrez le frein d’AD. (N°7, Fig.3) et orientez le télescope de manière à ce que la fourche soit parallèle au tableau arrière de commande (N°11, Fig.3). L'index d'AD. (N°9, Fig.3) et l'index d'angle horaire (N°16, Fig.3} doivent alors être approximativement alignés.

Ces deux étapes préliminaires ne sont pas indispensables pour permettre le fonctionnement terrestre du télescope. Aussi, ne vous inquiétez pas si les réglages ne sont qu'approximatifs. En effet, le télescope conserve en mémoire quelques positions "interdites" qu'il ne doit pas atteindre par le biais des commandes électriques motorisées : les étapes ci-dessus n'ont pour but que de permettre un fonctionnement normal par rapport à ces "zones interdites

3- Enfin, branchez la raquette dans le tableau de commande de la base du télescope ainsi que l'alimentation électrique. Cette dernière peut être assurée par l'adaptateur secteur (fourni) ou par le cordon allume-cigares (fourni) qu'il suffit de brancher dans la prise allume-cigares d'un véhicule 12 V (attention : avec certaines voitures, la prise n'est sous tension que lorsque la clé de contact est tournée).

4- Mettez le LX200 sous tension (bouton On-Off sur On). L’afficheur de la raquette indique « MEADE LX200 » pendant plusieurs secondes tandis que le calculateur effectue son autodiagnostic. L'afficheur indique alors 'TELESCOPE" sur la ligne supérieure et "OBJECT LIBRARY" sur la ligne inférieure. Enfin, la LED rouge à côté du bouton "SLEW' s'illumine.

 

5- Le LX200 est alors prêt à fonctionner. Sélectionnez la vitesse de déplacement en pressant une des quatre touches de choix de la vitesse de déplacement motorisé (N°4, Fig.5).

Notez que le déplacement n'est visible à l'œil qu'en position SLEW et MOVE. En positions CNTR (pour Center, centrage fin) et GUIDE, le déplacement n’est visible qu'à l'oculaire.

La vitesse sélectionnée est indiquée par la LED rouge en face de la touche pressée. Pour déplacer le télescope, il suffit alors de presser l'une des quatre touches de direction N-S-W-E (pour nord, sud, est et ouest) (N°2, Fig.5) : le télescope se déplace dans la direction choisie à la vitesse préalablement sélectionnée

En résumé : le LX200 peut être déplacé de deux manières.

1), manuellement, en desserrant les freins d'A.D. ou de Déc. ou encore en tournant les boutons d'A.D. ou de Déc. comme indiqué page précédente.

2) en utilisant les commandes motorisées N-S-E-W de la raquette. Attention : le bouton de réglage fin en Déc. (N°1, Fig.4) ne doit être tourné à la main que lorsque l'alimentation est coupée.

Toute rotation, même   faible, peut entraîner de graves dommages au mécanisme d'entraînement lorsque le télescope est sous tension !

3. Utilisation du LX200 en fonctionnement altazimutal {ALTAZ)

Les deux méthodes d'observation décrites vous auront familiarisé avec certaines commandes de votre télescope. Mais elles ne font pas appel aux possibilités du calculateur pour rechercher un objet astronomique intégré dans la "Bibliothèque" en mémoire. Ni pour assurer le "suivi" automatique des "sujets célestes" ainsi pointés. Pour réaliser ces fonctions, il ne suffit pas d'alimenter le télescope. Il faut aussi lui fournir certaines informations de base à l'aide des touches de la raquette en réponses aux questions qu'il pose via les "menus" successifs de son afficheur. Ces informations sont dites "permanentes" : la mémoire n'est pas effacée, même lorsque l'alimentation du télescope est coupée (ce qui évite l'introduction fastidieuse de données telles que les coordonnées du site, la date ou l'heure au début de chaque séance d'observation).

Ce chapitre vous explique la marche à suivre pour fournir au calculateur les informations minimales nécessaires à la bonne marche du télescope, sans pour autant entrer dans les détails. Des informations plus détaillées vous seront fournies au chapitre G. 

Les étapes décrites ci-après ne prennent que quelques minutes et suffisent à une mise en œuvre simplifiée des principales fonctions du LX200.

 

a. Entrée des informations de base :

Le calculateur du LX200 a besoin de trois informations pour pouvoir effectuer la conversion des coordonnées célestes équatoriales (A.D. et Déc.) en coordonnées altazimutales (Altitude et Azimut). Ces informations sont conservées de manière permanente dans la mémoire du calculateur : il n'est pas nécessaire de les entrer à nouveau après chaque coupure d'alimentation.

b. Latitude et longitude du site d'observation :

NOTE : /es informations de SITE ne peuvent pas être entrées lorsque le télescope est en mode terrestre (LAND). En pareil cas, le menu SITE (affichage 2, ci-dessous) apparaît en petits caractères (voir aussi l'avertissement de la page 21). Avant tout, commencez par suivre les étapes 4 à 8 pages 20 et 21 pour commuter le télescope en mode altazimutal (ALTAZ).

Il faut commencer par déterminer la position géographique de votre site d'observation avec une précision de 1 ou 2 minutes d'arc, tant en latitude qu'en longitude. Vous trouverez de telles informations sur les cartes dites "d'État Major'', cartes IGN au 25.000 pour la France, notamment Il est également possible de consulter un Atlas ou de s'informer auprès de I'IGN, du BRGM ou d'un établissement militaire local (Gendarmerie notamment).

 

De la précision de vos informations dépend la précision du pointage automatique et du suivi de l’instrument : ne négligez donc pas cette étape essentielle ! Voir affichages 1 à 7 au fur et à mesure des étapes

Entrez les informations ainsi obtenues dans la mémoire du calculateur. Cette opération est plus facile dans une pièce éclairée : évitez de l'entreprendre à l'extérieur en pleine nuit.

 

1. Mettre le télescope sous tension, après quelques secondes, lorsque l’autotest est terminé, l’afficheur doit être semblable à l’écran 1

 

 

 

Ecran 1

 

2. Presser la touche ENTER, ceci active le menu de fonction TELESCOPE.

Ecran 2

 

 

3. Presser la touche ENTER, ceci active le menu de sélection du site.

Ecran 3

 

 

4. Presser et maintenir la touche ENTER, jusqu’à ce que le contrôleur émette un son « beep «. 

Le premier site est sélectionné en édition, la première lettre A clignote.

Ecran 4

 

 

5. Presser et maintenir la touche ENTER, jusqu’à ce que le contrôleur émette un son « beep ».

Le premier site est sélectionné en édition, la première lettre A clignote.

 

Ecran 5

 

6. Utiliser les chiffres pour entrer la latitude du lieu. La position courante du curseur est indiquée par un clignotement. Une erreur peut être corrigée par les touches « E » et «  W » du clavier. Une latitude négative peut être entrée en plaçant le curseur sous le signe + et en frappant la touche « NEXT ». Presser ENTER pour valider la saisie.

Ecran 6

 

 

7. De la même manière, entrée la Longitude

Ecran 7

 

 

8. Presser ENTER pour valider la saisie

Ecran 8

 

 

9.     Presser MODE pour revenir à l’Ecran 2

 

10.   Presser MODE une seconde fois pour revenir à l’écran 1

Nota :

La longitude utilisée pour le calculateur du LX200 a pour origine le méridien de Greenwich et croit vers l’Ouest jusqu’à 359 degrés et 59 minutes, contrairement à beaucoup de cartes. Il faut donc convertir la valeur afin d’être cohérent avec ce système de repère.

Exemple :

Si votre position sur la carte correspond à 18° 27 minutes de longitude Ouest (West), la valeur à entrer au clavier sera de 18° 27 minutes.

Si votre position sur la carte correspond à 18° 27 minutes de longitude Est, la valeur à entrer au clavier sera de 341° 33 minutes.

359° 59 – 18° 27 = 341° 33

 


c.   Date et Heure Locale.

NOTE : Afin de garantir la meilleure précision possible, il est important de vérifier et de régler l’heure aussi souvent que possible.

L’heure locale et la date sont utilisées dans le calcul du temps sidéral et la précision du pointage, dépend de ces valeurs.

Choisissez donc une source fiable pour ces données.

Soyez sûr de rentrer l’heure locale, et non l’heure universelle (UT universel time).

L’exemple suivant montre comment entrer les données suivantes :

Heure : 2 :40 :00 PM

Date : 5 Aout 1998

 

1. revenir à l’écran 1 :

2. appuyer 2 fois sur la touche mode

L’écran 8 apparait

Ecran 8 

 

 

3. Appuyer et maintenez la touche « ENTER » jusqu'à ce que le contrôleur Bip.

 

Ecran 9

 

 

4. vous disposez de 5 secondes pour entrer l’heure locale en utilisant les touches chiffres (entrer l’heure au format 24 h).

Les corrections peuvent être réalisées en déplaçant le curseur à l’aide des touches « W » et « E »

Note : Vérifier l’heure une fois par mois.

 

Ecran 10

 

 

 

5. Appuyer sur ENTER pour valider la saisie

Ecran 11

 

 

6. La prochaine étape consiste à entrer la valeur de décalage avec l’heure Greenwich Mean Time (GMT). Utiliser les chiffres du clavier pour entrer la valeur déterminée. Appuyer sur « ENTER » pour valider. L’affichage revient à l’écran 8.

Pour changer le signe, utiliser la touche « W » pour déplacer le curseur en arrière et la touche « NEXT » pour changer le signe.

 

La France bien que traversée par le méridien 0 à choisi le même fuseau horaire que ses partenaires de proximité commerciale.

Donc GMT: + 01.

Le logiciel Meade ne gère pas l’Heure d’été.

Pour compenser une mise à l’heure locale d’été, il faut décaler le GMT

En été GMT: + 02

 

Note personnelle :

 

7. Appuyer sur « ENTER » pour afficher et modifier la date

Ecran 12

 

 

 

 8. Appuyer et maintenez la touche « ENTER » jusqu’au bip.

Ecran 13

 

 

9. Entrer la date à l’aide du clavier et utiliser les touches “W” et “E” pour déplacer le curseur en cas d’erreurs.

Ecran 14

 

 

10. Valider avec la touche “ENTER”

Après validation, l’afficheur indique “Updating planetary data.”. La position des planètes d’épandant de la date, chaque modification relance le calcul.

Tous les éléments nécessaires au fonctionnement du LX 200 ont été renseignés.

La dernière étape consiste à aligner le télescope avec la voute céleste.

 

 

d. Mise en station du télescope

Après avoir entrée les informations de base, le télescope est près à être mis en station et utilisé.

1.     Mettre la base du télescope à l’horizontale grâce au niveau à bulle présent sur la base, en réglant chacun des pieds du tripode.

2.     Desserrer le frein en déclinaison et positionner le tube optique à l’horizontal (0° sur le cercle gradué de déclinaison) et resserrer le frein.

3.     Desserrer le frein d’ascension droite (7, Fig. 1) et tourner le télescope jusqu'à ce que les deux repère (9 et 16, Fig. 1) d’ascension droite soient alignés. Dans cette position, la fourche doit être parallèle à la base (Le panneaux de commande et de connexions) (11, Fig. 1.), bloquer le frein

Le positionnement durant les phases 2 et 3 peut être approximatif, il s’agit simplement pour le télescope de ne pas aller dans des « zones interdites » et de pas gêner le fonctionnement normal. (Emmêler les câbles)

 

           

 

 

4.     Mettre le commutateur sur ON, après quelques secondes (temps de l’autodiagnostic), l’écran affiche

Ecran 15

 

 

5.     Appuyer sur ENTER afin de sélectionner la fonction télescope.

 

Ecran 16

 

 

 

6.     Appuyer sur NEXT afin de déplacer la flèche sur ALIGN.

 

Ecran 17

 

 


7.      Appuyer sur ENTER pour sélectionner la fonction ALIGN (si l’écran affiche l’écran 19, alors le télescope est d déjà dans le mode ALTAZ, vous pouvez passer à l’étape 9).

 

Ecran 18

 

 

 

8.     Appuyer sur ENTER pour activer le mode ALTAZ, le contrôleur émet un bip et une coche apparait en face de ALTAZ.

Ecran 19

 

 

9.     Appuyer sur ENTER pour entrer dans le mode ALTAZ

 

Ecran 20

 

 

10.   Appuyer sur « 1 » pour sélectionner Star

 

Ecran 21

 

 

11. Si le télescope n’a pas été réglé de niveau, faite le maintenant, puis appuyer sur ENTER

Ecran 22

 

 

12. Ce message n’est qu’un simple message de rappel sur ce que vous allez faire. Appuyer sur ENTER.

Ecran 23

 

 

 

13.  Utilisez la liste des étoiles d'alignement (annexe C, page 58) pour déterminer quelle étoile sera utilisée pour cette dernière opération, indispensable pour pouvoir utiliser le télescope. Cherchez une étoile dans l'une des constellations visibles au moment de la mise en œuvre de l'instrument, en utilisant pour vous guider les dates indiquées sur chaque carte (après 21 heures, utilisez la carte du mois suivant). Les étoiles indiquées  sont parmi les plus lumineuses et seront normalement visibles même en ville. Chaque carte s'étend environ sur 90°, de telle manière que le haut de la carte représente à peu près le zénith. Vous pouvez choisir n'importe quelle étoile indiquée sur la carte retenue, pourvu que, au moment de l'observation, elle ne soit pas à moins de 1oa du zénith. Par ailleurs, pour des raisons qui seront exposées plus bas, il ne faut pas utiliser l'étoile Polaire pour cette étape (elle n'est rappelée sur les cartes qu'en tant que référence connue).

 

Utilisez les cartes mensuelles des étoiles (Annexe) pour choisir celle sur laquelle s’aligner.

Utiliser les touches « PREV » and « NEXT » pour choisir l’étoile de référence.

Si le tube refuse de se déplacer dans certaines position, cela est du à un mauvais positionnement qui pourrai provoquer une interférence entre certaine partie avec la fourche.

Il faut alors choisir une autre étoile pour éviter ce problème.

Dans notre exemple, nous choisissons DENEB.

 

 

Vous ne devez pas choisir d'étoile d'alignement proche du zénith, car cela risque de tromper le calculateur. En effet, celui ci comporte en mémoire certaines positions "interdites". Notamment, il lui est défendu de dépasser une rotation verticale de 90°, afin d'éviter de heurter le chercheur contre l'une des branches  de la fourche ! Ainsi, pour suivre un objet passant par le zénith, le télescope, au moment d'atteindre 90° (la verticali du tube), accomplit une demi-rotation (180°) autour de son axe vertical (en azimut) pour retrouver l'objet de l'autre côté, avec un angle du tube par rapport au sol à nouveau inférieur à 90°. Dans le cas de l'alignement sur un objet proche du zénith, la confusion est provoquée par le fait que le système ne peut savoir, momentanément, de quel côté il se trouve par rapport à sa demi-rotation de 180° à l'approche de la verticalité ! De même, l'alignement sur la Polaire est impossible en mode altazimutal en raison de la proximité de cette étoile avec le Pôle céleste. Dans cette région du ciel, les lignes d'ascension droite sont si resserrées que les encodeurs du LX200, pourtant à  haute résolution angulaire, risquent de générer des données imprécises.

La bibliothèque d'objets du ciel et les fonctions du télescope sont accessibles à l'aide de "menus" successifs qui apparaissent sur l'afficheur de la raquette. Utilisez les touches PREV ( "prevÎous", précédent) et NEXT (suivant) pour vous déplacer dans les listes ainsi proposées. L'option retenue est sélectionnée à l'aide de la touche ENTER. Les indications en petites lettres ne sont pas disponibles dans le mode retenu (LAND, ALTAZ ou POLAR, selon le cas: ici, ALTAZ). Si vous tentez malgré tout de sélectionner une option non disponible, vous êtes averti de votre fausse manœuvre par trois Bip (trois Bip successifs vous indiquent dans tous les cas que vous tentez de réaliser une opération interdite) !

Dans notre exemple du 15 janvier, nous utiliserons la carte de Janvier orientée au Sud-ouest. En regardant  à 45°, nous  devrions  immédiatement reconnaître la constellation d'Orion, tellement typique qu'on ne peut la confondre avec aucune autre. Utilisons l'étoile Betelgeuse. Déplaçons-nous dans la liste à l'aide des touches PREV et NEXT jusqu'à ce que le curseur en forme de flèche indique l'étoile Bételgeuse

 

 

 

 


Ecran 24

 

 

14. Pressez  la  touche  ENTER  pour  sélectionner  Bételgeuse.  L'afficheur  indique  de   "Centrer

Bételgeuse dans le champ puis de presser ENTER" (Affichage 24).

 

 

 


Ecran 25

 

 

 

Centrez alors J'étoile d'alignement dans le champ de votre oculaire. Soit manuellement après avoir desserré les freins en A.D. et en Déc. Soit à l'aide des touches N, S, W et Ede la raquette. Commencer par la vitesse rapide SLEW, puis passez en vitesse FIND pour centrer l'étoile dans te chercheur et, enfin, CNTR pour centrer l'étoile dans le champ de l'oculaire. Enfin, cela fait, pressez ENTER.

 

 

Le télescope est à présent aligné et prêt à fonctionner: il assure désormais le suivi automatique des objets visés en mode altazimutal. A partir de maintenant, déplacez-le seulement à l'aide des touches de la raquette: laissez les freins en AD. et en Déc. serrés, sous peine de perdre l'alignement et de devoir "resynchroniser'' l'instrument sur une étoile ou un objet connus {voir page 35- 2).

 

e) Utilisation de la  touche MODE

La touche MODE est utilisée pour sélectionner l'un des cinq modes de base du télescope, correspondant chacun à un affichage spécifique sur la raquette.

1 -Télescope Functions  (fonctions du télescope). Le mode TELESCOPE donne accès  à toutes les fonctions de l'instrument tandis que le mode OBJECT LIBRARY permet la recherche des différents sujets du ciel disponibles dans la bibliothèque électronique du calculateur

2- Télescope Position {position du télescope). Le premier affichage indique les coordonnées pointées en coordonnées polaires (en A.D. et en Déc.), tandis que le deuxième affichage (atteint par une pression sur la touche ENTER) indique ces mêmes coordonnées en valeurs altazimutales.

3 - Time et Date (heure et date). Le premier affichage indique l'heure locale et sidérale, tandis que le deuxième affichage (atteint par une pression sur la touche ENTER) indique la date.

4- Timer et Fréquence. Il s'agit ici de fonctions pour utilisateur expert (l'afficheur fonctionne en compteur dégressif et permet également la modification de la vitesse de suivi).

 

5 - AU  Off (extinction totale). Ce mode éteint l'ensemble des affichages et éclairages. Mais il permet également d'ajuster leur luminosité par une pression sur la touche ENTER suivie par les touches PREV ou NEXT selon que l'on souhaite réduire ou augmenter l'intensité lumineuse.

 

f) Touches de la bibliothèque d'objet

Lorsque vous êtes dans l'un des cinq modes principaux décrits ci-dessus, vous avez un accès direct à la bibliothèque d'objets célestes intégrée en mémoire en utilisant les touches M, STAR ou CNGC (voir en annexe D de ce mode d'emploi la liste des 747 objets intégrés). Il suffit de presser l'une des trois touches d'objet, d'entrer le numéro de l'objet à l'aide des touches numériques et, enfin, de presser la touche ENTER.  Par  exemple, cherchons  la Grande Nébuleuse  d'Orion, également  connue  comme "Messier 42'' ou "M42". Pour cela, presser la touche M, les touches 4 et 2 et, pour  finir, la touche ENTER. L'afficheur indique alors les caractéristiques de l'objet  (nom, appréciation, type, magnitude et dimensions angulaires}. Pressez maintenant la touche GO TO: le télescope va pointer M42!

 

Si l'objet visé est en dessous de l'horizon, l'affichage indique "OBJECT BELOW HORIZON".

 

 

Parmi les premiers objets à rechercher, il y a la liste des objets de Messier, de M1 à M110, et, bien sûr, les planètes. Pour trouver une planète, utilisez les codes suivants après avoir pressé la touche STAR :

 

 

 

Important : en utilisation diurne. Ainsi qu'à l'aube et au crépuscule, lorsque la planète est trop proche du Soleil pour une observation en toute sécurité (moins de 15°), l'affichage l'indique !

3) Observation diurne

On peut utiliser les fonctions de calcul et de recherche  automatique des planètes pour les observer en plein jour. Il convient alors d'être  particulièrement vigilant, cette utilisation pouvant se révéler extrêmement dangereuse lorsqu'elle ne s'accompagne pas de quelques précautions élémentaires !

Le LX200 "sait" se trouvent les planètes par rapport au Soleil.  Mais, dans sa recherche, il utilise le chemin le plus direct, ce qui peut le conduire à pointer directement  le Soleil au passage. C'est pourquoi,        il convient de se montrer très circonspect lorsque l'on fait appel à la fonction GO TO en plein jour!

 Si l'on regarde à l'oculaire ou simplement dans le chercheur (même pendant un temps extrêmement bref) lorsque le télescope pointe le Soleil, l'œil en sera irrémédiablement brûlé!    Par ailleurs, le télescope lui-même risque d'être abimé par une telle utilisation.

En particulier, veillez à ce qu'un adulte responsable supervise en permanence toutes  les opérations lorsque des enfants ou des adolescents se livrent à l'observation planétaire en plein jour.

 

Le respect des précautions suivantes vous permettra d'observer en plein jour, en toute sécurité, soit en déplaçant le télescope manuellement par les touches N, E, W, S, soit encore à l'aide de la fonction de recherche automatique GO TO :

-Avant tout déplacement du télescope, recouvrez-le d'une housse qui englobe le tube  optique et le chercheur défaut, démontez  le chercheur). Cette housse évitera tout danger pour l'observateur et pour l'instrument, même dans le cas d'un pointage direct du Soleil.

-Déplacez le télescope manuellement ou à l'aide de la recherche automatique (GO TO).

-Lorsque le télescope est immobilisé, vérifiez visuellement qu'il n'est pas orienté vers le Soleil. En cas de doute, abstenez-vous d'ôter la housse!

- N'enlevez la housse et ne commencez l'observation à l'oculaire que lorsque vous êtes certain que le télescope pointe franchement dans une direction différente de celle du Soleil!

-Avant tout, faites preuve de bon sens: N'oubliez jamais  que  l'observation directe du Soleil dans l'instrument ou le chercheur, même pour  une courte fraction de seconde, conduit à la cécité irréversible de l'œil ainsi brûlé l

 

Mise en Station du Télescope

L'initialisation avec 2 étoiles offre trois options pour la mise en station du télescope LX200 en mode ALTAZ. (Nota : les procédures d’initialisation  avec  2  étoiles s'appliquent  uniquement  au mode de mise  en station ALTAZ. Se  reporter  à  la  page  31  du Mode  d'Emploi  du LX200  pour  les modes d'initialisation  LAND et POLAR) .

Les options un et deux nécessitent que vous entriez le SITE et l'HEURE comme décrit aux pages 18-20 du Mode d'Emploi du LX200,  et la troisième  option peut être utilisée  lorsque les coordonnées du site ne sont pas connues ou qu'elles n'ont pas été entrées dans la mémoire du LX200.

 

a. 1 étoile avec SITE connu

Après avoir sélectionné  l'emplacement du SITE (1-4), allez au menu AUGN  (se reporter aux étapes S-9 de la page 21 du Mode d'Emploi du LX200).

Lorsque vous sélectionnez le mode de mise en station ALTAZ, l'affichage  vous donne deux options : Mise en Station  1 étoile  ou  Mise  en Station  2 étoiles.  Si vous  sélectionnez  la  mise  en station  1  étoile (en appuyant sur la touche "1"), la procédure de mise en station est exactement la même que celle décrite aux pages 20 et 21 du Mode d'Emploi du LX200. 

 

b. Mise en Station 2 étoiles sur SITE connu

Pour utiliser la procédure de mise en station 2 étoiles sur un site connu, suivez ces étapes :

 

1.  Sélectionnez  la mise en station 2 étoiles (en appuyant sur la touche "2"); des indications apparaîtront à l'écran pour vous demander  de mettre le trépied de niveau: cette  opération ne requiert  qu'une mise à

•niveau approximative et, contrairement à la procédure de la mise en station 1 étoile, elle n'affecte pas la précision  de  pointage  du  télescope.  (Se  reporter  à  la  Section  d ci-dessous  pour  un  résumé  des différences de fonctionnement  du télescope selon la procédure de mise en station choisie).

 

2.  Après avoir mis la base de niveau et après avoir appuyé sur la touche ENTER, suivez les indications de l'écran pour  sélectionner fa première  étoile de mise  en station.  Pointez  sur cette étoile en utilisant les touches N, S, E et W.

 

3.  Suivez les indications  de l'écran et centrez la deuxième  étoile de mise en station. Veillez à bien utilisez le clavier pour pointer sur la 2ème étoile. Après avoir appuyé sur la touche ENTER pour la dernière étape, l'affichage  du clavier devrait indiquer "TELESCOPE 1 OBJECT LIBRARY".

IMPORTANT

 

Quelle  que  soit  la  procédure  de  mise  en  station  2  étoiles  utilisée  (sur  un  SITE  connu  ou  un  SITE INCONNU),  le  fait  de  choisir  les  deux  étoiles  de  référence  déterminera   la  précision  de  pointage  du télescope. Choisissez  2  étoiles suffisamment  distantes  l'une  de l'autre  - essayez de  prendre des  étoiles distantes d'au moins 90° l'une de l'autre. N'utilisez pas Polaris car les changements d'Ascension Droite sont très rapide  au Pôle  et les  faibles changements  de  centrage  peuvent  engendrer  d'importantes  erreurs de pointage  en  Ascension  Droite.  De même,  évitez  d'utiliser  les  étoiles  près du  zénith    la  verticale)  car l'azimut change très rapidement  dans cette zone. D'une manière générale, le fait de choisir des étoiles très éloignées l'une de l'autre permet d'obtenir un pointage très précis.

 

c.     SITE inconnu

Pour utiliser  le télescope LX200  sur un site inconnu, utilisez là procédure suivante:

1)   Sélectionnez le site #5  (UNKNOWN) dans  le menu SITE. (Nota  : ce site ne peut  pas  être édité  de la même  manière que  les sites 1-4  comme il est précisé aux pages  18-19, étapes 4-10,  du Mode  d'Emploi du LX200).

 

2)   Suivez les  indications de l'écran  d'affichage pour  sélectionner et  centrer  les deux  étoiles  de  mise  en station.

 

Comme décrit  ci-dessus, le  LX200  vérifiera la  précision des  deux  étoiles  et affichera le  message

 "Align Mismatch - Check  Stars"  s'il détecte  une erreur.

 

 

*  Correction de   la  Réfraction Atmosphérique : la  lumière  d'un  objet  astronomique est "déviée", ou réfractée. lorsqu'elle traverse l'atmosphère. Cette déviation est plus importante sur l'horizon car la lumière doit traverser une atmosphère plus  épaisse, ce qui a pour effet de  déplacer la position apparente de l'étoile. Le LX200 calcule cette déviation et la compense lorsqu'il pointe sur des objets proches de l'horizon.

 

 


 LA RAQUETTE DE COMMANDE INFORMATISÉE

   L’intégration de l'optique, de la mécanique, mais aussi de l'électronique et des possibilités de l'informatique dans votre LX200 a pour but de vous faciliter l'observation et la photographie afin de vous permettre une progression rapide dans votre découverte des merveilles du ciel.

 La raquette de commande  est compacte pour tenir dans la main. Elle vous offre pourtant le contrôle simple et facile de toutes les fonctions du télescope. Le clavier à membrane étanche est rétro-éclairé, les touches les plus importantes étant plus fortement illuminées que les autres. Ces touches permettent une manipulation facile même avec des gants. La disposition logique des touches, l'afficheur alphanumérique, la logique des commandes par menus imbriqués, tout cela concourt à une prise en mains rapide et une utilisation facile qui permet de se consacrer pleinement à l'observation ou à l'astrophotographie.

la raquette de commande LX200 offre les caractéristiques suivantes : correction manuelle sur les deux axes; suivi automatique avec correction permanente des erreurs périodiques (système exclusif PPEC); affichage alphanumérique à deux lignes assurant l'affichage des menus de commande, du contenu de la bibliothèque d'objets intégrée ainsi que les coordonnées célestes de l'objet visé; réglage de l'intensité du réticule éclairé (éclairage pulsé anti éblouissement); mise au point électrique à deux vitesses (rapide et fine); enfin, LED rouge de lecture de carte.

Après quelques  minutes de mise sous tension, la raquette devient tiède du fait de la chaleur dégagée par les composants   électroniques. Un radiateur canalise la chaleur vers l'afficheur LCD qui dispose ainsi d'un système de mise à température efficace même lorsque la température ambiante est en des­ sous de zéro. Par temps très froid, l'afficheur peut rester illisible tant qu'il n'a pas atteint sa température normale de fonctionnement (au bout de quelques minutes de fonctionnement). Pour accélérer la disponibilité du matériel, il est possible de laisser la raquette à l'abri du froid pendant la période d'équilibrage thermique du télescope lui-même. Toutefois, les très basses températures sont sans danger pour les circuits électroniques

 

 

 

 

Les fonctions des différentes touches sont décrites ci-dessous.

 

1. Touche ENTER

La touche ENTER (N°1, Fig. 6) permet la sélection d'un menu, d'une option au sein de ce menu, ou encore la modification  d'une  valeur numérique. Pour sélectionner un menu ou une option, pressez  la touche ENTER. Le LX200 vous informe de son acquiescement par un court "Bip" et réalise l'action de­ mandée. Pour  modifier  une  valeur, maintenez  la  touche ENTER  enfoncée jusqu'à  l'émission  d'un double Bip  et l'apparition  d'un curseur de soulignement  clignotant  sur l'afficheur. Il existe  quelques autres  cas  qui imposent  l'utilisation  de  la touche ENTER  : ils  sont  chaque fois  décrits  en  détail. Désormais, les deux types d'action sur cette touche seront appelés respectivement : "pression courte" ("Bip") et "pression prolongée" ("double Bip").

 

2. Touche MODE

La touche MODE (N°2, Fig.6) permet de sélectionner les uns à la suite des autres les cinq modes de fonctionnement du LX200 (chaque pression vous fait passer dans le mode suivant). Elle permet aussi de sortir de certains menus spécifiques

3. Touche GO TO

La touche GO TO (N°3, Fig.6) permet au télescope d'aller automatiquement viser le point du ciel indiqué par les coordonnées célestes figurant sur l'afficheur (coordonnées de l'objet sélectionné  dans la bibliothèque interne du calculateur). Dans le mode COORDINATES/GO TO, la touche GO TO provoque également l'apparition d'un curseur clignotant dans le menu GO TO. On peut ainsi rentrer directement, manuellement, de nouvelles valeurs en AD et en Déc.

4. Touches directionnelles

Ces quatre touches portent les lettres N, S, E et W (N°4, Fig.6). Elles permettent de déplacer le télescope dans les quatre directions indiquées (Nord, Sud, Est et Ouest), en adoptant l'une des quatre vitesses disponibles {voir ci-dessous). Par ailleurs, les touches E et W permettent de déplacer le curseur clignotant en avant ou en arrière sur chaque ligne d'affichage afin de permettre la correction d'une erreur de frappe.

Les douze dernières touches de la raquette ont différentes fonctions. On trouve deux flèches ''haut  et "bas" et dix touches numérotées de "0" à "9". Ces dernières ont chacune une autre fonction que l'entrée des valeurs numériques (fonctions alternatives). Une LED rouge ALT (alternate) indique rentrée de valeurs numériques. Le rôle de ces différentes touches est indiqué ci-dessous

5. Touches de réglage de vitesse (SLEW, FIND, CENTER, GUIDE)

Ces touches (N°6, Fig.6) permettent de régler la vitesse du déplacement électrique du LX200 selon les deux axes, lorsqu'on  presse les touches N, S, E et W. La LED rouge située en face de chacune des quatre touches de vitesse indique la vitesse activée. Les vitesses disponibles sont : SLEW (recherche rapide à 8°/s), FIND ("trouver'' à 2°/s), CNTR (center, centrage à 32 fois la vitesse sidérale) et, enfin,

GUIDE (guidage à 2 fois la vitesse sidérale).

 

NOTE: les quatre  vitesses sont utilisables dans les quatre directions, à l'exception  de la plus lente

l:

 
 (DRIVE). En effet, cette vitesse est prévue pour corriger les dérives selon l'axe Est-Ouest. Dans le sens Ouest, la vitesse de suivi sidéral est doublée, tandis qu'elle diminuée de moitié dans le sens Est {pour l'hémisphère Nord). Ce fonctionnement est à comparer à celui des systèmes classiques dans lesquels les corrections vers l'Est se -font simplement en... arrêtant le moteur de suivi ! Il en résulte des à-coups totalement éliminés avec le LX200 dont le suivi demeure en toutes circonstances parfaitement régulier et doux. Un avantage essentiel pour la photographie en pose longue !

Notez également que la vitesse la plus rapide de 8°/S (SLEW) se trouve légèrement ralentie par le fonctionnement sur une source de courant continu portable (batterie, accus, etc.). Les autres vitesses demeurent inchangées

Les quatre touches SLEW, FIND, CNTR et GUIDE portent également les valeurs numériques 7, 4, 1 et O. Les différentes fonctions des touches à fonctions multiples sont automatiquement activées en fonction des modes sélectionnés. Les touches SLEW et FIND sont également utilisées pour ajuster la vitesse de mise au point "rapide" du dispositif de mise au point électrique (reportez-vous au catalogue d'accessoires Meade). De même, les touches CNTR et GUIDE permettent la mise au point tine. Les touches CNTR et GUIDE possèdent une autre fonction, décrite en détail  plus avant.

 

6. Touche RET

Le guidage en longue pose (astrophotographie) fait appel à un oculaire à réticule éclairé. La touche

RET (N°5, Fig.6) permet de modifier la luminosité et la fréquence de la LED rouge utilisée pour l'illumination du réticule. Pour modifier la luminosité, il suffit de maintenir enfoncée la touche RET tout en pressant les touches PREV ou NEXT (flèches "haut' et "bas").

Pour guider plus facilement sur des étoiles très faibles, il peut être utile de "pulser" l'éclairage du réticule (éclairage "clignotant"). La fréquence du clignotement est fixe (1 Hz ou 1 cycle par seconde), tandis que le réglage du rapport entre le temps d'allumage et celui d'extinction s'effectue en maintenant la touche RET enfoncée et en pressant l'une des quatre touches suivantes: GUIDE (illumination continue), CNTR (50% /50%), MAP (25% du temps pour l'allumage, 75% pour l'extinction) et CNGC (10% pour l'allumage, 90% pour t'extinction).

 

7. Touche FOCUS                                                                                                                          

La touche FOCUS (N°9, Fig.6) offre deux vitesses de mise au point électrique avec le moteur de mise au point Meade optionnel Réf : 206 (ou Réf.1200, voir un catalogue d'accessoires Meade récent). Pour utiliser la mise au point électrique, presser l'une des touches SLEW ou FIND (pour une mise au point rapide, plus grossière) ou l'une des touches CNTR ou GUIDE (pour une mise au point fine, très précise, mais plus lente). Exercez une pression prolongée sur la touche FOCUS et, enfin, pressez les touches PREV ou NEXT pour déplacer le bouton de mise au point dans un sens ou dans l'autre (réglage respectivement sur un objet plus proche ou plus éloigné).

 

8. Touche MAP

 

 
La touche MAP (N°11, Fig.6} assure l'allumage et l'extinction de la LED rouge de "lecture de carte" située à l'extrémité supérieure de la raquette. La lumière rouge de faible intensité préserve l'accommodation à la vision nocturne tout en éclairant suffisamment pour permettre la recherche ou la manipulation d'un accessoire ainsi que la lecture des cartes du ciel.

 

9. Touches d'objets (M, STAR, CNGC)

Ces trois touches (N°10, Fig.6) permettent J'accès à l'un des différents objets disponibles dans la bibliothèque en mémoire dans le LX200. Elles correspondent aux objets de Messier (M), aux étoiles et aux planètes  (STAR)  et,  enfin,  aux  objets  du  Nouveau  Catalogue  Général  Informatisé   (CNGC  ou Computerized New General Catalog). Ces touches sont actives  tant que vous ne modifiez pas une valeur numérique ou un paramètre, ou encore que vous n'êtes pas en train de sélectionner un menu particulier (ou de "naviguer" dans les sous-menus). Bref, ces touches sont directement actives lorsque vous êtes au plus haut niveau de n'importe quel menu. Après avoir pressé la touche correspondant au type de l'objet recherché, le menu clignote afin de permettre l'entrée du numéro de l'objet recherché dans la liste du catalogue interne de 747 objets (voir annexe D). Pressez la touche ENTER: l'afficheur indique les principales caractéristiques de l'objet. Presser enfin GO TO pour le centrer automatiquement dans le champ.

 

1O. Touches PREV et NEXT

Les touches PREV et NEXT, encore appelées "flèche haut" et "flèche bas" (N°12, Fig.6} permettent de naviguer en tous sens dans l'arborescence des menus et des options, jusqu'à ce que vous ayez trouvé

.!

 
 le paramètre à modifier ou la fonction à activer. Ces touches sont également utilisées pour modifier la luminosité du réticule (RET) ou pour la mise en œuvre du réglage électrique de mise au point. Enfin, ces touches permettent la sélection des objets de la bibliothèque intégrée ainsi que le passage d'un objet au suivant ou au précédent par la commande directe STAR FIND.

 

LE PANNEAU DE BRANCHEMENT LX200

Ce  panneau  de branchement  comprend un interrupteur  général (N°7, Fig.7), un indicateur  à  LED rouges de type "barregraph" indiquant simultanément la mise sous tension et la consommation instantanée de votre télescope (N°1, Fig.7) et, enfin, un inverseur N 1 S permettant d'utiliser le LX200 aussi bien dans l'hémisphère Sud que dans le Nord (N°8, Fig.7). Le panneau comprend aussi toutes les prises pour le branchement de l'alimentation (N°9, Fig.7), du moteur en déclinaison (N°11, Fig.7) et de la raquette (N°6, Fig.7). D'autres prises permettent le branchement d'accessoires optionnels tels qu'un système d'autoguidage à caméra CCD (N°10, Fig.7), les encodeurs optionnels Meade qui permettent de déplacer manuellement le tube optique (c'est-à-dire sans utiliser les touches N/SIEIW de la raquette), et cela sans perdre le bénéfice du calage préalable sur les coordonnées célestes (N°3, Fig.7), le système de mise au point électrique Meade Réf.1206 (N°4, Fig.?) ainsi que l'éclairage pulsé du réticule d'un oculaire-guide (N°5, Fig.7}. Enfin, une dernière prise permet la liaison série RS-232 avec un ordinateur personnel pour piloter directement depuis le clavier (ou par programme) toutes les fonctions normalement accessibles depuis la raquette (N°2, Fig.7).

Vous trouverez ci-dessous la description des fonctions de ce panneau de branchement.

1. Interrupteur ON/OFF

Lorsque l'interrupteur général (N°7, Fig.7) est mis en position ON, l'indicateur de mise sous tension, l'éclairage de la raquette et l'ampèremètre s'éclairent. Les moteurs se mettent en mouvement rapide, ce qui se voit par la brusque augmentation de consommation telle que l'indique l'ampèremètre. Les moteurs sont alors commutés  sur une vitesse plus lente pour permettre à la vis sans fin du mécanisme d'entraînement en déclinaison  de trouver son "point zéro", repère de début de calibration du système Smart Drive de correction automatique des erreurs périodiques. Le moteur en A.D. passe en vitesse de suivi sidéral. L'afficheur de la raquette indique alors "Meade LX200" puis, brièvement, le numéro de révision du programme  du calculateur et, enfin, le premier menu TELESCOPE 1 OBJECT LIBRARY. Il faut encore une quinzaine  de secondes pour le calcul des orbites, de la dimension et de la magnitude des planètes, ainsi que du ciel (étoiles, objets remarquables du catalogue informatique intégré) en fonction de la date et de l'heure. Tous les tests ont alors été effectués, terminant ainsi l'autodiagnostic.

2. Inverseur N/S

L’inverseur N/S {N°8, Fig.7)  doit être manipulé avec la pointe d'un stylo à bille (cette disposition supprime tout risque de fausse manœuvre). Il permet d'utiliser le télescope indifféremment dans l'un ou l'autre des deux hémisphères.   'Inverseur doit être positionné AVANT mise sous tension du télescope :

En effet, un changement intervenant après mise sous tension ne sera pas pris en compte par le calculateur. Attention au moment d'entrer la valeur de latitude (menu SITE) de l'affecter du signe adéquat {"+" pour l'hémisphère Nord et "-' pour l'hémisphère Sud).

 

3. Ampèremètre

L'ampèremètre à affichage par "barregraph" rouge luminescent (N°1, Fig.7) indique la consommation instantanée de courant (chaque "échelon" représente environ 100 mA  La consommation la plus faible (suivi astronomique normal sans corrections) consomme environ 400 à 450 mA (4 échelons éclairés). En revanche, une action de correction du suivi se traduit par une brusque augmentation de la consommation, ce qui est parfaitement normal. L'indication de la consommation permet de connaître l'autonomie de votre alimentation. Par exemple, si l'indicateur indique une consommation moyenne de 400 mA (0,4 A). Votre batterie de 12 A/h vous permet d'espérer une autonomie d'une trentaine d'heures (12/ 0,4= 30).

4. Connecteur de moteur en DEC

La prise pour câble de liaison au moteur de Déc. (N°11, Fig.?) est de type "connecteur téléphonique" à

8 broches. Le câble de liaison fourni comporte deux fiches 8 broches identiques : l'une doit être enfichée dans la prise du tableau de commande, l'autre dans la prise du moteur, située sur le côté de la branche droite de la fourche.

5. Connecteur pour caméra CCD

La prise pour caméra CCD (N°10, Fig.7) permet le branchement direct, sans aucun "bidouillage", d'une caméra d'autoguidage (différents modèles sont disponibles sur le marché). Cette caméra "regarde" une étoile guide via un diviseur optique et indique au calculateur toute déviation liée à un défaut de suivi (mise en station défectueuse, erreur périodique, etc.). Le calculateur peut ainsi corriger automatiquement les mouvements parasites pour conserver sa fixité à l'étoile guide.

6. Connecteur d'alimentation 12 volts continus

Le connecteur  coaxial  d'alimentation (N°9, Fig.7) permet le branchement  du télescope sur secteur

220 V ou sur batterie de voiture 12 V via les câbles standard fournis (transformateur secteur 220V/12V) ou câble 12 V avec prise allume-cigares). La plage de tension continue utilisable s'étend de 9 V à 18 V environ (tension effective, mesurée en charge).

7. Connecteur pour raquette

La prise pour  câble  de liaison à la raquette {N°6, Fig.7) est de type "connecteur téléphonique" à 4 broches. Le câble de liaison fourni comporte deux fiches 4 broches identiques : l'une doit être enfichée dans la prise du tableau de commande, l'autre dans la prise équivalente de la raquette de commande.

8. Connecteur pour réticule éclairé

Ce connecteur (N°5, Fig.7) de type "mini-jack" permet le branchement d'oculaires guides à alimentation séparée (alimentation  par câble) tels que le Meade 12 mm ou le Meade Séries 4000 Plôssl 9 mm (modèles avec alimentation par câble). La raquette du LX200 offre le contrôle de la luminosité du réticule et du rapport cyclique entre allumage et extinction en régime "pulsé".

 

9. Connecteur pour mise au point motorisée

Le connecteur de moteur de mise au point (N°4, Fig.7) reçoit tout type de moteur de mise au point à liaison par câble, tel que le modèle Meade No 1206.La mise au point électrique à deux vitesses, rapide ou lente pour un réglage ultrafin) peut ainsi être commandée depuis la raquette

1O. Connecteur RS-232

Le connecteur RS-232 (N°2, Fig.7) permet la liaison série avec un ordinateur personnel. La liaison à

9.600 Bauds permet la commande depuis l'ordinateur (soit directement au clavier, soit par programme), de toutes les fonctions  accessibles  par la raquette. Dans l'Annexe F, vous trouverez le schéma  de branchement  de cette prise pour une adaptation à votre propre ordinateur. Vous trouverez aussi un programme de test de la liaison, un programme de démonstration et la liste complète des commandes permettant d'écrire vos propres programmes. Attention : ces informations sont fournies pour permettre aux programmeurs confirmés d'écrire leurs propres logiciels, mais aucune aide informatique, logicielle ou d'aucune autre sorte, ne sera fournie par Meade ou ses différents représentants.

11. Connecteur pour encodeurs

Ce connecteur (N°3, Fig.7) permet le branchement des encodeurs optionnels (voir le catalogue d'accessoires Meade) chargés de transmettre au calculateur les informations numériques de déplacement de la fourche selon ses deux axes. En effet, sans ces encodeurs, le calculateur perd toute information de position par rapport au ciel s'il est déplacé manuellement (sans l'aide des touches N/S/EIW de la raquette après  déblocage  des  freins  d'axes. La présence  des  encodeurs permet  au  calculateur  de conserver ces informations même après un déplacement manuel.

Ils suppriment donc la nécessité de "resynchroniser" l'instrument après tout déplacement manuel, inconvénient qui n'est, en pratique, que faiblement gênant, tant cette opération est rapide (voir page 35 : START FIND).

 


MODES DE FONCTIONNEMENT

Pour visualiser les différents modes du système LX200, pressez simplement la touche MODE (N°2,

Fig.6) sur la raquette. Il vous est facile de personnaliser votre système de commande LX200 pour mieux l'adapter à vos attentes d'observateur. Et cela grâce à des modes qui permettent d'entrer aisément les informations et les ordres nécessaires au calculateur. Mieux encore, les données les plus importantes telles que l'heure, l'emplacement du lieu d'observation, le type de mise en œuvre, altazimutale ou équatoriale, et bien d'autres informations encore, sont conservées lorsque l'alimentation est coupée.

Le mode d'observation et la mise en station éventuelle, les objets visibles, votre lieu d'observation, les corrections de vitesse des moteurs d'entraînement, toutes les fonctions liées à l'horloge interne, les informations de position et, même, la luminosité de l'afficheur de la raquette, tout cela peut aisément être modifié ou ajusté à vos désirs grâce aux cinq modes principaux du calculateur, qui autorisent l'entrée des informations nécessaires ou leur modification

Une fois le mode voulu sélectionné, il vous est possible de sélectionner à leur tour les menus correspondant aux informations  à entrer ou à modifier, et cela grâce aux touches NEXT ou PREV (flèche haute ou basse) qui commandent le défilement du « pointeur » indiquant la ligne active sur l'afficheur de la raquette. Bien sûr, l'afficheur ne montre que deux menus à la fois. Mais ces touches permettent le défilement vers le haut ou vers le bas de l'ensemble des lignes du menu de chaque mode

Lorsque le mode  voulu est sélectionné (lorsque le pointeur le désigne sur l'afficheur...), pressez la touche ENTER pour y entrer et visualiser ainsi ses différentes lignes de menu (ses différentes options ou commandes...). Utilisez comme indiqué ci-dessus les touches PREV et NEXT pour vous déplacer le long du menu et sélectionner l'option désirée. Pressez alors la touche ENTER pour entrer dans l'option choisie. Certaines options comportent elles mêmes des "sous-menus" de sélection, tandis que d'autres ne permettent que l'entrée directe de valeurs numériques (ou autres...).

Vous pouvez à tout moment « remonter » directement au premier niveau d'une arborescence de mode en pressant simplement la touche MODE : un moyen simple et rapide de revenir à votre point de départ après avoir exploré toutes les "branches" et "branchettes" des menus et sous-menus!

 

1. Mode 1 : TELESCOPE / OBJECT LIBRARY

C'est le mode  dans lequel se retrouve le télescope après mise sous tension et après  avoir terminé l'auto-test de ses principales fonctions {mode par défaut). Ce mode est, en quelque sorte, le "PC de commande", le "centre névralgique  depuis lequel il est possible de sélectionner les principales  options de fonctionnement de l'instrument et explorer sa mémoire intégrée d'objets célestes remarquables.

 

Les touches PREV et NEXT vous permettent de choisir entre les deux options proposées à ce stade : menu TELESCOPE pour les fonctions du télescope et menu OBJECT LIBRARY pour la bibliothèque d'objets intégrée. Pressez la touche ENTER pour entrer dans l'une ou l'autre option choisie.

a. Menu TELESCOPE

Vous trouverez ci-dessous la description et la fonction des sept sous-menus de l'option TELESCOPE

1) SITE

Le sous-menu SITE vous permet de mémoriser jusqu'à quatre lieux d'observation fréquemment utilisés (caractérisés par leur longitude et leur latitude). Le calculateur détermine avec une très grande précision les coordonnées célestes de tous les objets mémorisés, planètes et objets du ciel profond, en se basant sur la latitude et la longitude du site d'observation ainsi que sur le temps local, le décalage avec l'heure GMT et la date. Une fois enregistrés, les sites sont définitivement mémorisés: la mémoire numérique ne s'efface pas à la mise hors tension de l'instrument. Pour rentrer les coordonnées d'un site, ou pour modifier celles déjà rentrées, veuillez vous référer à la section D (Mise en fonction rapide).

Vous pouvez aisément sélectionner l'un des quatre sites mémorisés sans avoir à rentrer à chaque fois ses valeurs de latitude et de longitude. Une fois le site sélectionné, quittez le sous-menu SITE en pressant la touche MODE

2) ALIGN

Ce sous-menu vous permet de choisir le mode de fonctionnement de votre télescope. Vous pouvez le configurer pour le suivi astronomique altazimutal ou polaire (nécessite une table équatoriale) ou, encore, pour l'utilisation terrestre tout en bénéficiant du confort de la motorisation sur les deux axes pour rechercher, pointer ou suivre le sujet visé. Les trois options· disponibles sont, respectivement : ALTAZ, POLAR et LAND.

Nous allons présumer que vous avez à présent entré les différents paramètres nécessaires  (heure locale, date, décalage, latitude et longitude : voir section D page16). Dès lors, vous pouvez  choisir un mode de fonctionnement de votre instrument en choisissant l'un des trois modes disponibles à l'aide des touches PREV ou NEXT et en pressant la touche ENTER. Dès lors, l'afficheur vous donnera toutes les indications voulues pour vous guider pas à pas dans toutes les manœuvres nécessaires au bon alignement de l'instrument dans un mode donné.

a) ALTAZ

Ce mode permet le montage direct de la monture à fourche sur le trépied, sans nécessiter de table équatoriale. La seule contrainte réside dans la nécessité d'une mise à l'horizontale précise du trépied à l'aide des tubes concentriques des pieds réglables. Il vous suffit alors d'effectuer la mise en station sur l'une des 33 étoiles brillantes spécialement affectées à cet usage dans la mémoire du LX200. Ce mode d'utilisation permet un suivi parfait de n'importe quel objet du ciel grâce aux mouvements combinés des deux moteurs d'azimut et d'altitude (d'où le nom de ce mode...). Cependant, l'absence de mise en station polaire induit un mouvement  parasite de rotation du champ qui interdit la photographie en pose longue. Le mode altazimutal convient donc parfaitement à l'observation visuelle ainsi qu'à la photographie en pose courte (photo des surfaces planétaires essentiellement, mais aussi poses courtes du ciel profond- moins de 1 mn- avec une caméra CCD). Le fonctionnement altazimutal permet J'accès à tous les objets du catalogue interne du calculateur ainsi qu'à toutes les fonctions du LX200, à l'exception du mode Smart Drive, réservé aux expositions prolongées (voir aussi le Mode ALTAZ dans la section D de ce manuel, page 17).

b) POLAR

Ce mode permet d'utiliser le LX200 sur sa table équatoriale pour l'observation ou la photographie en pose longue.  Après avoir placé le trépied d'aplomb, table équatoriale grossièrement orientée vers le Nord géographique  à l'aide de la boussole intégrée (voir Annexe A, page 49 et suivantes), mettez le LX20ü- sous tension et sélectionnez l'option POLAR. Régler le cercle divisé en Déc. (N°3, Fig.3) sur 90" (voir Fig.24}. Régler le cercle divisé en AD sur 00 heures. Dans cette position, le tube optique et le chercheur (N°1, Fîg.3) sont placés tête en haut. Par ailleurs, l'index en A.D (N°9, Fig.3), le repère "00 H" du cercle divisé en A.D. (N°10, Fig.3) et l'index d'angle horaire (N°16, Fig.3} sont alignés. Vous pouvez alors mettre le LX200 en station (commencez avec un angle horaire en A.D. de 00, sous peine de voir le télescope pointer vers le sol lorsque le calculateur choisira la deuxième étoile de la mise en station). Pressez la touche ENTER: le télescope détermine l'écart entre l'orientation de son axe polaire et la direction réelle du Nord céleste puis il se déplace pour venir pointer la direction ainsi déterminée.

 

A présent, pointez mécaniquement l'instrument sur le pôle céleste. Pour ce faire, il faut commencer par centrer l'étoile Polaire dans le chercheur à l'aide des seules commandes mécaniques d'altitude et d'azimut de la table équatoriale. Vous pouvez utilement vous reporter à l'annexes 8 - section 3 et à l'annexe A  Cela fait, pressez une nouvelle fois la touche ENTER. Le LX200 va automatiquement choisir une étoile brillante située au dessus de vous et la pointer. Si tout s'est bien passé, elle devrait être d'emblée centrée dans le chercheur, attestant de la mise en station satisfaisante. Si l'étoile n'est pas parfaitement centrée, vous pouvez peaufiner le réglage en utilisant les commandes  de déclinaison et d'ascension droite du télescope  (manuellement  après avoir desserré les freins d'axes  ou électriquement, à l'aide de la raquette). Pressez une dernière fois la touche ENTER. Le télescope est alors prêt à être utilisé et toutes ses fonctions, incluant le Smart drive, sont accessibles. Un tel réglage simplifié demeure plutôt grossier et gagnera à être peaufiné pour aborder ta photo en pose longue.

c) Amélioration de la mise en station (Refined Polar Alignment)

Les astrophotographes recherchent une mise en station de haute précision afin de pouvoir réaliser des poses longues sans rotation du ciel avec un minimum de corrections de guidage. La mise en station de base peut être considérablement affinée en utilisant les possibilités du calculateur du LX200. Pour cela, vous devez légèrement modifier la méthode de réglage de l'option POLAR. La méthode préconisée doit être reprise deux ou trois fois à intervalle d'environ 15 mn. Le télescope va chaque fois pointer l'étoile Polaire qui devrait normalement être parfaitement centrée dans le champ de l'oculaire. Un léger décentrage correspond à l'erreur initiale dans la mise en station de l'instrument. Utilisez les commandes mécaniques de la table équatoriale pour recentrer l'étoile (voir annexe A). Bien sûr, nous vous conseillons d'utiliser un oculaire-guide à réticule éclairé qui permet un centrage plus précis. Avec un oculaire classique, adoptez le plus fort grossissement possible de manière à réduire le champ apparent (voir annexe H). Cela fait, poursuivez normalement le reste des opérations.

Voici le détail des opérations pour une mise en station fine: retournez à l'option POLAR dans le mode

TELESCOPE et pressez la touche ENTER.

Ignorez délibérément l'ordre affiché sur la raquette {de devoir tourner le tube à 90° en Déc et à 00 H en

A.D.). Au contraire, pressez la touche MODE. Le LX200 va alors pointer une position du ciel où devrait se trouver l'étoile Polaire.    C: D'ID ( 0                            (J:[W> ,VIIIi....'lu.<\.

Recentrez la Polaire dans le champ en utilisant les seules commandes mécaniques en altitude et en azimut de la table équatoriale (voir annexe A).

Pressez la touche ENTER. Le LX200 va alors pointer une étoile brillante au dessus de vous. Centrez cette étoile en utilisant les touches N, S, E ou W de la raquette et pressez la touche ENTER.

 

 
Recommencez l'opération au bout de 15 mn. D'une opération à la suivante, vous constaterez une amélioration sensible du pointage sur l'étoile Polaire. Vous pouvez recommencer opération aussi souvent que nécessaire pour obtenir une mise en station de haute précision.

Il est parfois impossible de voir l'étoile Polaire (elle peut être cachée par un arbre, un bâtiment, etc.). En pareil cas, pressez directement la touche ENTER   après avoir sélectionné l'option POLAR. Pour une mise en station précise, vous devrez alors avoir recours aux instructions de l'annexe B : "Mise en station" et "Mise en station précise". Pour ce faire, vous devrez utiliser un oculaire à réticule éclairé. Une fois la mise en station réalisée, poursuivez en utilisant les instructions du chapitre ci-dessous ("mise en station pour monture à poste fixe") afin d'accéder à la bibliothèque intégrée du LX200.

d) Mise en station pour monture à poste fixe

A ceux qui voudront installer leur télescope à demeure sous une coupole ou profiter d'un site exceptionnel pour plusieurs nuits d'affilée (évidemment sans déplacer le pied ni modifier les réglages), nous conseillons de commencer par une mise en station très soignée selon la procédure indiquée ci-dessus

{Voir b etc.). Cela fait, il faut pouvoir accéder aux principales fonctions du télescope et à sa bibliothèque d'objets à chaque mise sous tension, sans devoir passer par toute la procédure de mise en station !

Pour outrepasser la séquence de mise en station, suivez les étapes indiquées ci-dessous :

0 Après avoir mis le télescope sous tension, allez au menu POLAR et sélectionnez-le en pressant la touche ENTER

@ Entrez directement le numéro de catalogue d'un objet familier visible dans le ciel nocturne en pressant l'une des touches M, STAR ou CNGC, puis le numéro de l'objet choisi (voir annexe 0 pour la liste des 747 objets en mémoire) et pressez à nouveau la touche ENTER

@  Centrez manuellement  l'objet visé dans le champ en vous aidant du chercheur puis d'un oculaire faible et, enfin, pour plus de précision, d'un oculaire fort si vous disposez de plusieurs focales.

e) Pressez la touche ENTER et maintenez-la enfoncée jusqu'à l'affichage du message COORDINATES MATCHED {coordonnées enregistrées).

Vous avez à présent resynchronisé le calculateur sur le ciel réel, ce qui vous donne un accès instantané à tous les objets visibles de la bibliothèque intégrée en mémoire.

e) LAND

Le menu LAND convertit votre télescope en une "lunette terrestre" de grande puissance. Le télescope est installé sur le trépied en montage altazimutal  et les moteurs sur les deux axes permettent une recherche  précise. Le "suivi" automatique {toutes les fonctions associées au fonctionnement  astronomique) sont désactivés : les menus correspondants apparaissent en "petites lettres" et la raquette fait entendre un "Bip" de protestation.

Dès lors, vous pouvez diriger le télescope à votre guise en utilisant les quatre touches N/S/E et W de la raquette et l'une des quatre vitesses, de la plus rapide, SLEW, à la plus lente, GUIDE, en passant par FIND et CNTR. Les coordonnées altazimutales du point visé sont affichées sur la raquette en mode "coordonnées" (voir MODE 2, plus avant- page 38).Pour activer le mode LAND, référez-vous à la section D "Mise en fonction rapide" (page 17). Le renvoi coudé "astronomique" standard donne une image inversée  dans le sens  gauche-droite, tandis que l'observation  directe avec un oculaire  sans renvoi coudé inverse en plus l'image dans le sens haut-bas. Pour supprimer ces inconvénients  et obtenir directement une image entièrement redressée, il vous faut utiliser un renvoi d'angle spécial tel que les modèles Meade Réf.928 à 45° ou Réf.924 à prisme de Porr6.

 

3) SMART

Le menu SMART assure le contrôle des fonctions de l'entraînement "SMART DRIVE" qui permet de corriger  virtuellement toutes les erreurs périodiques  introduites par les imperfections  d'usinage  résiduelles de la vis sans fin du moteur en A.D. Ces erreurs, même extrêmement faibles, se traduisent par une accélération ou un ralentissement périodique de l'entraînement dans le sens Est-Ouest  Elles réapparaissent à chaque rotation de la vis sans fin, soit toutes les 8 mn. Le système Smart Drive assure une amélioration spectaculaire de la régularité de l'entraînement qui atteint ainsi le niveau d'un instrument professionnel, facilitant grandement la réalisation de poses de très longues durées sur les objets du ciel profond. Le programme permet également la correction automatique des décalages en Déc. (très utile pour assurer, par exemple, le guidage d'une comète par rapport à une étoile du fond du ciel). Le Smart Drive mémorise définitivement les corrections apportées, même après mise hors tension, et cela grâce à une pile au lithium de sauvegarde à très longue durée de vie (pour changer de pile, voir page 85 - Annexe E). Cependant, en cas d'erreur dans la programmation du Smart Drive, il est facile d'effacer les corrections en mémoire. De même, on peut toujours affiner les corrections par de nouvelles corrections plus soignées.

Le  SMART  MENU  possède  six  options  : LEARN  (apprendre),  UPDATE  (mettre  à jour), ERASE (effacer), DEC LEARN (apprentissage de la correction en Déc.) et, enfin, DEC CORRECT (modification de la correction en Déc.). L'utilisation du mode Smart Drive implique que le télescope soit installé sur sa table équatoriale (voir annexe  A), qu'il soit équipé d'un oculaire-guide à réticule éclairé {du plus fort grossissement possible, éventuellement complété par une Barlow), et que le système d'entraînement utilise  le  mode  POLAR.  Veillez  à effectuer  l'apprentissage  à la  fréquence  d'horloge  de  60,1  Hz (fréquence automatiquement" sélectionnée à la mise sous tension du télescope). Par la suite, une fois les corrections effectuées, vous pourrez toujours modifier cette fréquence de base à l'aide du mode TIMERIFREQ sans perdre le bénéfice de la correction automatique des erreurs périodiques

Une fois réalisée la mise en station, votre LX200 devra être pointé vers une étoile proche de l'équateur céleste (cette position est favorable à l'apprentissage du Smart Drive avec une précision maximale). En fait n'importe quelle étoile proche de 00 en Déc. et relativement proche du Sud fera l'affaire. Il n'est pas nécessaire qu'elle soit très brillante, au contraire : une luminosité très élevée ne facilite pas le guidage à très fort grossissement C'est le moment de régler la luminosité et le ratio d'éclairement du réticule de votre oculaire guide, du moins s'il s'agit d'un modèle alimenté par le télescope (voir section E, page 25). Prenez le temps de vous habituer au guidage pendant plusieurs minutes avant d'enclencher le mode d'apprentissage du Smart Drive.

Pour enclencher le mode apprentissage, utilisez les touches PREV ou NEXT pour amener l'index de sélection sur la ligne de menu LEAR et pressez la touche ENTER. Vous verrez alors apparaître un nombre sur l'afficheur qui entamera un compte à rebours. Le nombre le plus élevé est 240. Il correspond à un tour complet de la vis sans fin (8 minutes représentent 480 s, or, le compteur décompte d'une valeur toutes les deux secondes, soit un tour complet en décomptant de 240 à Zéro). Lorsque l'affichage arrive à la valeur critique de 5 (soit dix secondes), une alarme sonore vous prévient que la phase d'apprentissage va commencer. Dès lors, il vous faut corriger toute dérive de l'étoile-guide par rapport à la croix du réticule, et   la à l'aide de courtes pressions sur les touches N/S/E et W de la raquette. La phase d'apprentissage dure une tour complet de vis, soit 8 minutes. Ce laps de temps écoulé, le système Smart Drive assure seul et de manière entièrement automatique les corrections que vous venez d'apporter manuellement, et cela inlassablement, pour chaque nouveau tour de vis. Le système améliore ainsi considérablement  la précision du suivi automatique, réduisant par la suite la nécessité des corrections complémentaires. C'est très important pour permettre un guidage en très longue  pose-

1 heure ou plus- sans fatigue ni baisse de concentration). Bien sûr, pour que le système procure des performances optimales, il convient de limiter les corrections (en particulier en Déc.) durant l'apprentissage.

 Pour cela, la mise en station préalable doit être des plus précises !

Vous pouvez reprendre l'apprentissage à tout moment pour en améliorer la précision. Pour cela, sélectionnez le mode UPDATE et pressez ENTER. Suivez la même procédure que décrite ci-dessus. Cette "mise à jour'' du programme  d'autocorrection peut être effectuée aussi souvent que nécessaire pour aboutir, par retouches successives, à un suivi quasi-parfait.

En cas d'erreur dans l'apprentissage (par exemple si vous avez pressé la touche E au lieu de W !), vous pouvez effacer le contenu de la mémoire en sélectionnant le mode ERASE puis en pressant la touche ENTER.

Enfin, le dernier mode est DEC LEARN. Il permet de mémoriser des corrections en déclinaison en plus des corrections de base du Smart Drive qui se font en Ascension Droite. Pour les anglicistes  qui liraient par curiosité le texte original  du mode d'emploi américain,  nous souhaitons préciser qu'il ne nous paraît pas opportun d'utiliser  ce mode pour corriger un défaut de mise en station comme if le leur est proposé. Un défaut de parallélisme entre l'axe horaire du télescope et l'axe de rotation polaire de la Terre se traduit par une "fuite" de l'étoile guide vers le haut ou vers le bas du champ et peut, en effet, se corriger à l'aide des touches N ou S de la raquette. Pourtant, un effet parasite de ce défaut de mise en station ne peut être corrigé: c'est la rotation du ciel, déjà notée en fonctionnement altazimutal ! Une mise en station sur table équatoriale affectée d'un défaut de pointage important ne doit donc pas être corrigée par les touches N ou S, mais bien par une retouche de la mise en station elle-même, et cela jusqu'à supprimer presque toute intervention sur ces deux touches. Cet impératif reste la condition sine qua non d'un guidage parfait en pose longue (10 mn et plus), électronique d'autocorrection ou non !

Nous persistons donc à ne conseiller l'utilisation du mode DEC LEARN que pour le suivi automatisé d'une comète ou d'un astéroïde qui possède un mouvement propre relativement rapide par rapport au fond du ciel et nécessite donc une correction continue suivant les deux axes.

Pour activer le mode, utilisez les touches PREV ou NEXT pour déplacer le pointeur jusqu'à la ligne de menu adéquate et pressez la touche ENTER. Commencez immédiatement à corriger la dérive en Déc. en pressant soit la touche N, soit la touche S par courtes pressions successives, de manière à conserver l'étoile bien centrée dans le réticule. Bien sûr, si vous constatez une dérive en A.D., gardez-vous de la corriger : vous ne feriez qu'altérer l'apprentissage préalablement effectué sur une étoile. Pour opérer avec le maximum de confort, orientez les fils du réticule de manière à ce que l'un soit parallèle à l'axe E/0 (et, donc, l'autre à l'axe 1\1/S). Ainsi, tout déplacement de l'objet suivi vers le haut ou vers le bas sera immédiatement décelé, même s'il cesse d'être à la croisée des deux fils en raison d'une dérive complémentaire en A.D. ! Poursuivez l'apprentissage en Déc. pendant la plus longue durée possible : de préférence au moins durant la moitié de la pose totale envisagée (15 mn pour une exposition de 30 mn sur une comète, par exemple). Une fois la phase d'apprentissage terminée, pressez immédiatement la touche ENTER pour interrompre la mémorisation des corrections. Le calculateur va alors effectuer la moyenne entre les différentes impulsions, choisissant ainsi la direction générale de la correction (vers le Nord ou vers le Sud) et l'importance relative de cette correction (en décomptant simplement le nombre d'impulsions dans un sens ou dans l'autre par unité de temps) afin de corriger automatiquement, le plus précisément possible, la dérive continue du même objet.

Pour appliquer cet apprentissage au suivi confortable d'une comète ou d'un astéroïde, passez en mode DEC CORRECT et pressez la touche ENTER. Dès lors, la correction continue de la dérive en Déc. est assurée par le calculateur. Il vous reste ainsi à corriger la dérive éventuelle en A.D.à l'aide des touches E ou W. Pour interrompre la correction automatique en Déc., il vous suffit de presser une nouvelle fois la touche ENTER. Enfin, pour effacer cet apprentissage (qui doit être propre à chaque comète ou astéroïde), il suffit de sélectionner à nouveau le mode DEC LEARN et de presser deux fois de suite la touche ENTER (ou simplement d'éteindre le télescope dans ce mode).

 

4) 12/24 HR

Le sous-menu 12/24 HR du menu TELESCOPE assure simplement la sélection du mode d'affichage de l'heure locale sur 12 ou 24 heures en mode TIME

Pour changer de mode, pour passer de 12 à 24 heures  ou réciproquement, déplacez la flèche de sélection sur l'option  12/24 HR et pressez  la touche ENTER.  Une deuxième pression  sur la touche  ENTER vous fait à nouveau basculer sur l'option de départ, et ainsi de suite (système de type "bascule").

5) HELP

Le sous-menu HELP du menu TELESCOPE est un mini-mode d'emploi électronique qui décrit brièvement la fonction de chaque commande de la raquette LX200.

Pour utiliser ce menu, déplacez le pointeur sur l'afficheur à l'aide des touches PREV ou NEXT jusqu’à la ligne HELP et pressez la touche ENTER. Pour vous déplacer dans les lignes successives de texte descriptif. Utilisez les touches NEXT et PREV. Pour quitter cette fonction d'aide, pressez la touche MODE.

6) REVERSE N/S

Le sous-menu REVERSE NS du menu TELESCOPE inverse la direction du déplacement du télescope lorsqu’on presse les touches N ou S (le télescope se déplace vers le Nord lorsqu’on presse la touche S et réciproquement). Cette fonction trouve son utilité avec certains systèmes de guidage ou d'observation peur en faciliter la manipulation.

Pour utiliser ce menu, déplacez le pointeur sur l'afficheur jusqu’à la ligne REVERSE NS et pressez la touche ENTER.  Une deuxième pression sur la touche ENTER vous fait revenir au réglage de base (système de type "bascule").

7) REVERSE  EW

Le sous-menu REVERSE EW du menu TELESCOPE inverse la direction du déplacement lorsqu’on presse les touches E ou W (vers l'Est lorsqu'on presse la touche W et réciproquement). Cette fonction trouve son utilité avec certains systèmes de guidage ou d'observation pour en faciliter la manipulation

Pour utiliser ce menu, déplacez le pointeur sur l'afficheur jusqu'à la ligne REVERSE E'N et pressez la touche ENTER. Une deuxième pression sur la touche ENTER vous fait revenir au réglage de base.

8) BALANCE

Lorsque des accessoires optionnels sont ajoutés au LX200, un appareil photo lourd ou un pare­ buée, il est souvent nécessaire de  rééquilibrer le  télescope à  l'aide  des  contrepoids  Meade W1401 (pour  le LX200 de 8"), Meade  W1402 (pour  le LX200 de 10"), ou Meade W1403 (pour le LX200 de 12").

La sélection de l'option WB du menu TELESCOPE provoque un mouvement vertical rapide du LX.200 en déclinaison. Cela permet de vérifier facilement que le télescope est équilibré sur l'axe de Déclinaison. (N'oubliez pas que le fait de déverrouiller le blocage de Déclinaison pour vérifier l'équilibrage provoquera la perte de mise en station du l.X200).

 

Lorsque le télescope est déséquilibré, la consommation électrique du LX200 augmentera lorsqu'il pointera du côté le plus chargé. Le moteur de Déclinaison fera un bruit différent.

Après avoir sélectionné l’option W8, contrôlez l'Ampèremètre et écoutez le moteur de Déclinaison pour vérifier que le LX200 est équilibré.

 

9) Guidage haute précision

La précision normale de pointage du télescope est inférieure à 5 minutes d’arc pour sa mise en station classique, ce qui est suffisamment précis pour de nombreuses observations (la mise en station « classique" est celle qui utilise le SITE inconnu ou celle qui est effectuée à l'aide d'un oculaire réticulé pour centrer EXACTEMENT les étoiles de mise en station).  Ce type de mise en station placera   les objets   dans le champ   de vision de la plupart des oculaires et est plus qu'approprié pour la plupart des observations.

Une mise en station "pointue" améliorera la précision de pointage du télescope jusqu'à 2 minutes d'arc ou mieux.  Ce type de mise en station nécessite des données précises relatives au SITE a l'heure, la date, et un choix approprié de deux étoiles de mise en station (voir page 4), ainsi qu’un oculaire réticulé pour centrer exactement les étoiles de mise en station. Ces étapes ne prennent généralement que quelques secondes et elles améliorent sensiblement le positionnement du télescope. La mise en station "pointue" permet d'obtenir un positionnement du télescope qui n'est nécessaire que pour les applications les plus contraignantes, y compris la photographie à l'aide de caméras CCD à puce de forte capacité telles que les caméras Meade Pictor 416 et Pictor 1616.

La fonction Haute Précision accroît la précision de pointage du LX200 d'au moins 1 minute d'arc et nécessite également le recours à la procédure de mise en station "pointue" décrite ci-dessus. Cette procédure de mise en station permet d'obtenir la meilleure précision de pointage possible, permettant même de placer l'image des objets dans la zone active des caméras eco les plus petites commercialisées aujourd'hui.

Il faut insister sur le fait que, pour la plupart des applications, la fonction HP n'est PAS nécessaire pour obtenir le maximum de satisfaction de son télescope.

Pour de simples observations visuelles nocturnes, la mise en station "classique" est largement suffisante. Il ne faut pas que la précision de pointage du télescope gâche le plaisir de l'observation du ciel !

2.         Utilisation de la fonction  HP

Le mode Pointage Haute  Précision  nécessite  une mise en station "pointue",  décrit ci-dessus. Pour optimisez  la capacité de pointage  du télescope. Par  défaut la fonction  HP est désactivée.  Pour activer  le  mode  HP.  Sélectionnez l'option  "high-precision" dans  le  menu  TELESCOPE (option W9).  Une fois sélectionnée, "high precision" sera transformé en "HIGH PRECISION".

Lorsque  la  fonction HP  est  active, le LX200  effectue automatiquement plusieurs  tâches  quand une recherche est effectuée avec GO TO :

(1)       La  fonction  HP  recherchera  la  base   de  données  des  étoiles  de  mise   en  station  et indiquera les trois  étoiles  les plus proches  de l'objet  demandé (ou position).  Ce processus prend environ 5 secondes et l'écran  affiche  le message  suivant :

Ecran 26

 

 

 

(2)        Le télescope pointera l'étoile de mise en station la plus proche.  Les étoiles de ce type sont brillantes  (plus brillantes que la 3éme magnitude) et suffisamment éloignées  d'une  autre étoile de mise en station pour  n'obtenir qu'une  seule étoile dans le champ  de vision.

Ecran 27

 

 

A l'aide  d'un  oculaire réticulé,  centrez  l'étoile  dans  le champ  de vision. (Ou centrez  l'étoile sur  la puce  CCD  si  vous  utilisez  une  caméra  CCD).  Appuyez sur  GO TO  lorsque l'étoile  est centrée.

Remarque : si l'étoile n'est  pas  dans  le  champ  de  vision  ou  si  elle  est  occultée   par  un  objet terrestre,  les  deux   autres   étoiles  sont  disponibles. Utilisez   les  touches   PREV  et  NEXT  pour passer  à l'une des trois étoiles  les plus proches.

(3)        Le télescope pointera sur l'objet (ou la position)  sélectionné.

 


 

10.   SLEW RATE: Option #10 in the TELESCOPE menu is for changing the slew rate of the LX200 telescope. Slowing down the slew rate will result in less noise as the telescope moves and will also use a little less power. To change the slew rate, follow these steps:

a.   Press the MODE key on the keypad until the TELESCOPE/OBJECT LIBRARY menu appears. The  cursor  should  be  next  to  the  TELESCOPE option — if not, press the PREV key to move the cursor up one space.

b.    Press ENTER to select the TELESCOPE functions. c.    Press the PREV or NEXT keys to move the cursor to

option #10: SLEW RATE. On the right hand part of

the display, the number 4 is displayed. This represents the current slew rate in degrees per second.

d.          Press the ENTER key to change the slew rate. Each successive ENTER key press increments the slew rate by 1 degree per second.

e.           After setting the desired rate, press the MODE key to return to the TELESCOPE/OBJECT LIBRARY menu.

NOTE: The slew rate is NOT stored in permanent memory and needs to be reset each time the telescope is powered up. The default slew rate is 4 degrees per second.

11.   BACKLASH: The Backlash feature is only available in the

POLAR mode.

When taking long exposure astrophotographs, it is necessary to “guide” the photograph to make sure the telescope is tracking perfectly, otherwise stars will appear as ovals instead of pinpoints. This is done by setting the LX200 keypad to the GUIDE speed, monitoring the star location (e.g. with an off-axis guider), and making small corrections to the telescope position by using the N, S, E, and W keys.

When making these corrections, the R.A. motor will speed up or slow down (by pressing the “E” and “W” keys). The Declination motor, however, when activated (by pressing the “N” and “S” keys) will actually stop and reverse direction. Because of backlash in the Declination motor gearbox, there will be a few seconds delay before the telescope begins to move when reversing direction.

The Dec. backlash feature compensates for the Dec. motor gearbox backlash and provides instant telescope movement when the motor is reversed.

To program the Dec. backlash, use this procedure:

a.     Move to option #11 from the TELESCOPE menu.

The keypad display will show:

 ’11) BACKLASH 00

 


b. Menu OBJECT LIBRARY

Nous entrons avec cette option dans la deuxième partie de la section TELESCOPE  1 OBJECT LIBRARY ! Cette bibliothèque de 747 objets peut être étendue à plus de 8.000 (8.199 exactement) par deux puces de mémoire enfichables optionnelles {voir le catalogue Meade). Cette bibliothèque intégrée, toujours disponible, fait de votre LX200 l'instrument d'observation le plus convivial et le plus efficace jamais mis à la disposition des amateurs exigeants.

La bibliothèque intégrée de base comprend 747 objets parmi les plus remarquables du ciel. Parmi ceux-ci, notons : huit planètes du système Solaire, de Mercure à Pluton, 351 étoiles (doubles, variables, polaires), le catalogue de Messier au complet (110 objets) et, enfin, 278 objets remarquables du ciel profond (galaxies, nébuleuses diffuses ou planétaires, amas ouverts ou globulaires, tous extraits du nouveau catalogue général numérique de Meade (CNGC ou Computerized New General Catalog). Vous trouverez en Annexe 0 la liste complète de ces objets (voir pages 64 et suivantes).

La position de ces objets est recalculée à chaque mise sous tension de votre télescope. Leurs positions n'ont donc pas être calculées pour une "Epoque" donnée, comme les catalogues imprimés, généralement dessinés pour l'Epoque 2000. De même, les orbites des planètes sont chaque fois recalculées. Pour cette raison, le calculateur LX200 offre la bibliothèque intégrée la plus précise du marché, qui, de plus, ne nécessitera jamais de remise à jour en fonction de la précession des équinoxes ou des variations des orbites planétaires !

Vous pouvez utiliser la bibliothèque d'objets de trois manières différentes. Vous pouvez y accéder directement en utilisant les touches M, STAR et CNGC (voir section E, page 24) accompagnées du numéro de référence de l'objet. L'option START FIND permet de rechercher de manière organisée des objets dans une portion donnée du ciel, et cela avec une sélection selon des critères préalablement déterminés tels que le type des objets, leur dimension, leur magnitude, etc. Enfin, vous pouvez aussi arpenter librement le ciel tandis que l'afficheur vous indique les objets visibles dans l'oculaire  (option FIELD, "champ").

Pour sélectionner le menu OBJECT LIBRARY, déplacez le curseur jusqu'à la ligne d'affichage OBJECT LIBRARY du mode TELESCOPE 1 OBJECT LIBRARY, et cela à l'aide des touches NEXT et PREV. Pressez alors la touche ENTER. A présent, vous pouvez sélectionner la ligne de sous-menu désirée à l'aide des touches NEXT et PREV.  Le menu OBJECT LIBRARY comporte les quatre lignes de sous­ menus décrites ci-dessous.

1) OBJECT INFO

Pressez la touche ENTER pour afficher le type, la brillance, les dimensions et la qualité d'observation prévisible de chaque objet. Pressez à nouveau ENTER pour en lire les coordonnées. Pressez encore une fois ENTER pour connaître l'écart entre les coordonnées pointées par le télescope et celles de l'objet affiché. Cette indication s'effectue par des "pavés" sur les deux lignes d'affichage, chaque "pavé" correspondant à 1oo à parcourir sur chaque axe de déplacement de l'instrument. Evidemment, si l'instrument est pointé sur l'objet {ou en est très proche}, aucun "pavé" n'apparaît. Cette information est disponible à tout moment, pour tout objet appelé par l'une des touches M, STAR ou CNGC, en pressant ENTER. Pressez la touche MODE pour retourner au menu principal.

2) START FIND

Cette option effectue, dans le catalogue CNGC intégré en mémoire (qui inclue bien évidemment le catalogue de Messier...), une recherche des objets visibles dans le ciel en fonction du lieu, de l'heure et de la date d'observation. Cette recherche commence à partir des coordonnées pointées par l'instrument lorsque la fonction est activée. Le calculateur découpe la sphère céleste en 31 bandes d'environ 12°, en allant d'Ouest en Est. La première bande est explorée en partant du Pôle Nord vers le Pôle Sud, la deuxième en remontant vers le Pôle Nord, et ainsi de suite. Une fois déterminés tous les objets visibles, le calculateur recommence son balayage systématique pour déterminer les nouveaux objets apparus dans la zone de visibilité dans cet intervalle, et quels sont ceux qui ont disparu. Bien entendu, à l'aide de la fonction PARAMETER, il est possible d'indiquer des conditions d'exclusion basées, par exemple, sur la taille ou la luminosité de l'objet, afin d'éviter le pointage d'objets qui ne correspondraient pas aux besoins ou aux conditions d'observation du moment.

Pressez la touche ENTER : la raquette affiche alors le premier objet de la liste ainsi calculée. Rappelons que le calcul s'effectue en partant des coordonnées du point visé par le télescope au moment de l'activation de la fonction START FIND. Ainsi, si vous souhaitez effectuer un balayage complet du ciel, il vous faut viser un point situé à l'Ouest, de manière à commencer par les objets qui seront les premiers couchés puis à "remonter" progressivement vers l'Est. Pour pointer l'objet affiché sur la raquette, il suffit-de presser la touche GO TO.

Vous pouvez décider à tout moment de "passer" un objet ou, au contraire, de l'observer. Pour afficher l'objet suivant dans la séquence déterminée par le calculateur, il vous suffit de presser la touche NEXT. Si vous souhaitez alors l'observer, il vous suffit de presser GO TO. Au contraire, si vous désirez le passer, pressez à nouveau la touche NEXT pour passer directement à l'objet suivant. Vous pouvez aussi revoir un objet déjà passé : il vous suffit pour cela de presser autant de fois que nécessaire la touche PREV, jusqu'à ce que l'afficheur indique le numéro de catalogue recherché, puis de presser la touche GO TO. Bien sûr, comme indiqué plus haut, cette recherche s'effectue en fonction des critères limitatifs éventuellement indiqués par la fonction PARAMETER.

 

Pour la recherche, il est toujours conseillé d'utiliser un oculaire de faible grossissement dont le grand champ et la luminosité élevée facilitent la localisation de l'objet. Il se peut, en effet, que l'objet ne soit pas parfaitement centré dans l'oculaire. Cela peut provenir d'une mise à horizontale déficiente du trépied, d'erreurs dans la localisation du site d'observation ou dans l'heure locale, d'où l'intérêt de soigner tout particulièrement ces trois points dont dépend le confort d'observation ultérieur). Toutefois, la précision du pointage automatique demeure satisfaisante sur de courts déplacements. On aura donc intérêt à "resynchroniser' régulièrement le calculateur sur le ciel observé en utilisant la procédure suivante : après  avoir  recentré manuellement l'objet  recherché  dans le champ, maintenez pressée  la touche ENTER jusqu'à l'affichage du message "Coordinates matched". Ainsi, Je calculateur peut il se repositionner par rapport aux coordonnées célestes effectivement visées par l'instrument. Sa précision de recherche dans la région du ciel concernée en est grandement augmentée. Ainsi, la recherche du prochain objet (à condition qu'il reste relativement proche...)  va s'en trouver nettement améliorée. Cette procédure de « resynchronisation » est aussi simple et rapide que puissante : il ne faut pas hésiter à l'utiliser chaque fois que J'on a centré un nouvel objet dans l'oculaire.

Pour quitter le mode STAR FIND et retourner au menu principal, pressez simplement la touche MODE.

 

3) FIELD

Cette fonction vous permet d'identifier les objets visibles dans le champ du télescope. Pour cela, il vous suffit d'une pression sur la touche ENTER. La raquette affiche alors le nombre d'objets visibles simultanément dans le champ (dont le rayon est défini par la valeur affectée au paramètre RADIUS), ainsi que la référence de l'objet le plus proche du centre du champ

Ecran 28

 

Pressez là nouveau la touche ENTER pour faire apparaître les informations détaillées sur cet objet

Ecran 29

 

Cet affichage doit être interprété comme suit : l'objet visé appartient au Computerized New General Catalog de Meade (CNGC); il porte le numéro de référence 4438 (4438); sa visibilité est très bonne (VG pour Very Good); il s'agit d'une galaxie (GAL); sa magnitude visuelle est 10, 1 et son diamètre de 9,3 arc/minutes. Pressez à nouveau ENTER pour lire les coordonnées de l'objet. Notez dans l'affichage en A.O. (R. A. en anglais    ) l'«*» qui suit le chiffre pour indiquer qu'il s'agit là des coordonnées du catalogue et non de celles sur lesquelles le télescope est effectivement pointé.

Ecran 30

 

Ce système d'affichage des informations de chaque objet ne fonctionne pas seulement en mode FIELD mais aussi à l'appel de tout objet par les touches M, STAR et CNGC. En pareil cas, et contrairement a ce qui se passe en mode FIELD, l'objet n'est pas nécessairement centré dans le champ (d'où 1'«"» déjà mentionné). En pareil cas, il suffit de presser à nouveau la touche ENTER pour lire directement sur l'affichage, sous forme de carrés noirs, le chemin à parcourir selon chaque axe pour parvenir jusqu'à lui.

Chaque carré représente 10° de déplacement

Ecran 31

 

Bien sûr, si vous êtes déjà centré sur l'objet (notamment en mode FIELD), cet écran reste vide.

Pour visualiser les différentes informations d'un objet, il suffit donc de presser la touche ENTER jusqu'à afficher les données désirées. Ces commandes peuvent être utilisées pour chaque objet affiché sur la raquette, que  vous l'appeliez  directement à l'aide des touches M, STAR ou CNGC, dans  le mode START FIND, le mode OBJECT INFORMATION ou encore le mode FIELD

4) PARAMETERES

Ce menu vous permet d'indiquer au calculateur des critères de recherche afin de limiter la sélection à certains objets, classés selon leur type, leur dimensions, leur magnitude, etc. selon 9 paramètres différents que vous pouvez sélectionner librement à l'aide des touches NEXT ou PREV. Pour modifier un paramètre après l'avoir sélectionné, maintenez enfoncée la touche ENTER jusqu'à entendre un double "Bip"  et voir apparaître un curseur clignotant (sauf pour le paramètre SETTER). Les valeurs numériques seront directement entrées au clavier. En cas d'erreur, vous pouvez revenir en arrière en utilisant ra touche "W' pour pouvoir entrer à nouveau la valeur correcte. Enfin, une fois l'entrée effectuée, il vous suffit de presser à nouveau la touche ENTER pour retourner au menu principal. Les 8 options et leurs différents paramètres et entrées de données sont décrites dans le détail ci-après.

 

a -TYPE GPDCO

Cette option permet la sélection du type d'objet que l'on souhaite observer au sein du catalogue CNGC. Les lettres GPDCO symbolisent respectivement :

- G : galaxies (Galaxies)

- P : nébuleuses planétaires (Planetary nebulae)

- D : nébuleuses diffuses (Diffuse nebulae)

- C : amas globulaires (Globular star clusters)

- O : amas ouverts (Open star clusters)

Le curseur clignotant apparaît d'abord devant le symbole G. Si vous ne souhaitez pas observer de galaxies, pressez la touche NEXT : le symbole "G" se transforme en "g'', indiquant que la catégorie "galaxies" n'est plus sélectionnée. Pour passer à la catégorie suivante, utiliser la touche W. Si vous désirez observer les galaxies, pressez directement la touche W pour passer à la catégorie suivante sans désélection préalable. Vous pouvez revenir en arrière sur une catégorie précédente grâce à la touche E. Enfin, vous pouvez sélectionner à nouveau une catégorie préalablement désélectionnée à l'aide la touche PREV.

Lorsque votre choix est fixé pour chaque catégorie, pressez la touche ENTER.

 

b - BETTER (Meilleur  que...)

Cette option vous permet de définir la plage de qualité visuelle des objets que vous souhaitez observer. A la mise sous tension, c'est la qualité la plus faible (VP pour 'Very Poor'') qui est automatiquement sélectionnée. Si on ne modifie pas cette plage, tous les objets visibles, de Très Mauvais à Super, seront sélectionnés par le calculateur. Les symboles de qualité visuelle sont les suivants :

- SU : SUper                                            

- FR : Satisfaisant (FaiR)

- EX : EXcellent  

- PR : Mauvais (PooR)

- VG : Très Bon (Very Good)                   -

 VP : Très Mauvais (Very Poor}

- G : Bon (Good)

Pour définir une plage limitée à "Très Bonne" (incluant tous les objets classés au moins "Très bons"), pressez la touche ENTER jusqu'à ce qu'à affichage du symbole VG: le calculateur sélectionnera tous les objets de Très Bon à Super.

 

c- HIGHER (Plus haut que...)

Ce menu permet de régler la position de l'horizon visuel du site d'observation. A la mise sous tension, ce réglage est, par défaut, 00°, valeur correspondant à un horizon théorique parfaitement plat sur 360°. Toutefois, si l'horizon est obstrué sur une certaine hauteur, ou si vous ne souhaitez pas observer en dessous d'une certaine valeur (par exemple en raison de lumières parasites ou d'une atmosphère brumeuse), vous pouvez fixer la hauteur d'un horizon artificiel qui interdira au calculateur toute recherche en dessous de cette valeur.

Entrez simplement la valeur numérique (en degrés) de la hauteur des éléments d'obstruction. Pour fixer les idées, rappelons simplement que le poing fermé observé à bout de bras mesure environ 5° de hauteur. Ainsi, si votre horizon est fermé par une haie d'arbres qui mesure environ 3 poings de hauteur, vous entrerez une valeur de 15° dans le menu HIGHER. Pour finir, pressez ENTER.

d- LARGER (Plus grand que...)

Le menu LARGER vous permet de sélectionner tous les objets dont les dimensions apparentes sont supérieures à la valeur indiquée. Cette valeur est de 000 minutes d'arc à la mise sous tension. Il peut être utile de disposer d'une échelle de référence pour mieux réaliser ce que représente une minute d'arc sur la voûte céleste. Ainsi, la pleine Lune mesure environ 1/2 degré ou 30 minutes d'arc ou, encore, 1.800 se ondes d'arc. Chaque degré comprend 60 minutes d'arc et chaque minute d'arc comprend 60 secondes d'arc.

De nombreux utilisateurs débutants éprouvent de grandes difficultés à distinguer des objets plus petits qu'une minute d'arc (sauf dans le cas de planètes et d'étoiles doubles). Les astrophotographes utilisant le film photographique ou les caméras à CCD ont des besoins très différents en couverture angulaire du fait de la résolution différente des "capteurs" utilisés. Dans tous les cas, entrer la valeur désirée en minutes d'arc et pressez ENTER pour quitter cette option.

e - SMALLER  (Plus petit que...)

Ici, au contraire, il s'agit de fixer la limite supérieure de la dimension des objets sélectionnés, qui seront donc égaux à ou plus petits que la valeur fixée. A la mise sous tension, elle est de 200 minutes d'arc ou 3,33 degrés. Cette valeur permet d'inclure tous les objets disponibles dans la bibliothèque, y compris les plus grands. Vous pouvez réduire cette valeur, par exemple pour mieux vous adapter aux limitations de champ d'un oculaire particulier (l'option RADIUS permet de calculer le champ réel).

Enfin, cette limitation supérieure permet d'éviter la sélection d'un objet dont les dimensions angulaires excéderaient le champ couvert par votre capteur à CCD.

f- BRIGHTER (Plus lumineux que...)

Cette option permet de fixer une limite basse à la magnitude stellaire. A la mise sous tension, cette limite est fixée à +20.0, ce qui est une limite très faible, utile pour l'astrophotographie extrême des objets les moins lumineux, mais inutile en observation visuelle et, même, en photographie courante.

Ainsi, si vous souhaiter fixer une limite inférieure pour l'observation directe, inutile d'aller au-delà de +14 pour un télescope de 8 pouces et +14,5 pour un 10 pouces. En astrophotographie courantes, les limites sont respectivement de +16,5 et +17 pour ces deux instruments. Ces valeurs peuvent varier dans des proportions énormes en fonction de la luminosité parasite du ciel à proximité des villes, mais aussi de la brume ou des nuages d'altitude.

g- FAINTER  (Moins lumineux que...)

Le niveau supérieur de luminosité peut aussi être ajusté par le menu FAINTER (recherche des objets "moins lumineux que..."), encore que l'utilité de fixer une limite supérieure à la luminosité des objets observés ne paraisse pas évidente !

h- RADIUS

Cette option permet d'ajuster le champ de recherche du calculateur au champ visuel de tel ou tel oculaire. A la mise sous tension, le rayon du champ calculé est fixé à 15 minutes d'arc (ce qui correspond à un champ de 1/2 degré, soit 30 minutes d'arc). C'est, à peu près, le champ utile d'observation optimale couvert par l'oculaire SP 26 mm livré avec le télescope (mesure effectuée avec un LX200 de 8 pouces).

Pour calculer le champ réel d'un oculaire avec un télescope donné, commencez par diviser la focale du télescope (dans notre exemple, 2.000 mm pour un LX200 de 8 pouces) par celle de l'oculaire (ici, un Meade SP de 26 mm), ce qui nous donne un grossissement de 2.000 126 =x 77. Vous pouvez alors déterminer le champ réel de l'oculaire en divisant son champ apparent (donnée disponible dans les documentations techniques, ici 52°) par le grossissement. 52 1 n = 0,67 degrés, soit 40,2 minutes d'arc

(0,67 x 60, pour passer des degrés aux minutes d'arc).

Il suffit  de diviser  le  champ  réel par  deux pour  en connaître le rayon.

ici, 40,2 minutes  d'arc x1/2 =20,1 minutes d'arc. Le champ utile (observation de qualité parfaite) couvre en pareil cas un rayon d'environ 15 minutes d'arc, valeur "par défaut' adoptée par le calculateur à sa mise sous tension.

 

2. Mode 2 : COORDINATES 1 GO TO

Ce "Mode 2" vous permet de connaître les coordonnées de pointage de votre télescope, dans les deux systèmes de coordonnées célestes polaires (en AD.  et en Déc.) et altazimutales {en Azimut et en Altitude). Ce mode permet aussi d'indiquer manuellement, par entrée directe au clavier, des valeurs d'AD. et de Déc. au calculateur afin de localiser aisément des objets absents du catalogue intégré tels que, notamment, des astéroïdes ou des comètes.

 

a.     Menu COORDINATES

 (Affichage des coordonnées visées)

Vous aurez d'abord l'affichage des coordonnées en A.D. et Déc. du point du ciel pointé par le télescope (sous la forme RA= et DEC=). Ces coordonnées seront immédiatement remises à jour si vous déplacez le télescope à l'aide des touches N/S/EIW de la raquette.

Vous pouvez aussi afficher les valeurs calculées en mode Altazimutal (ALT=  et AZ=) par une simple pression sur la touche ENTER. Pour retourner à l'affichage "polaire" en A.D. et en Déc., pressez une deuxième fois ENTER.

L'affichage en A.D. {ou RA...)  s'effectue en heures, minutes et dixièmes de minutes. L'affichage en Déc. s'effectue en degrés et minutes, la valeur étant affectée du signe"+" pour l'hémisphère Nord et "-" pour le Sud.

Ecran 32

 

En mode ALTAZ, les coordonnées ALT= et AZ= sont formatées comme suit. L'Azimut 00, correspondant au  Sud,  augmente  jusqu'à  359°59' lorsque  l'instrument tourne  dans le  sens horaire  (du  Sud vers l'Ouest). L'Altitude est affichée de telle façon que+ 90°00' corresponde  à un pointage du Nadir, cette valeur  décroissant   progressivement   jusqu'à  00°00"   lorsque  le  télescope  pointe  à  l'horizontale. Lorsqu'on passe en dessous de l'horizontale, l'affichage croît à nouveau vers 90°00', mais affecté du signe"-"

 

 Ecran 33

 

REMARQUES : si vous êtes en mode ALTAZ, vous pourrez remarquer, si vous déplacez le télescope selon un seul de ses axes, que les affichages RA= et DEC= se modifient simultanément. Au contraire, les affichages ALT= et AZ= ne sont modifiés que dans la seule direction du mouvement. A noter également: le disque gradué en A.D. (N°10, Fig. 3) ne donne d'indications valides qu'en montage équatorial

(Voir annexe B). En montage altazimutal, seul le cercle gradué en Déc. (N°3, Fig.3) donne une indication correcte.

b. Menu GO TO

Ce menu vous permet  d'entrer au clavier les coordonnées en AD. et en déc. de n'importe quel point du ciel et d'en assurer le pointage automatique  par l'instrument Grâce à cette possibilité,  votre LX200  s'affranchit  de toute limite  ou contrainte.  N'importe  quel objet nouveau  (comète, astéroïde), n'importe quel objet absent du catalogue intégré peut ainsi être aisément trouvé et visé: il suffit de disposer  de ses coordonnées précises

Pour entrer les coordonnées d'un objet, pressez la touche GO TO. Un double "Bip" se fait entendre et le curseur  clignotant  apparaît  sur les valeurs des coordonnées actuelles  en A.D. (RA=). Entrez  au clavier les nouvelles de coordonnées en A.D. et pressez  la touche  ENTER Le curseur  clignotant  se  déplace sur les valeurs numériques de Déc. (DEC:::). Entrez à leur tour les nouvelles  valeurs de Déc. et pressez ENTER : le télescope va se déplacer automatiquement jusqu'au point ainsi affiché.

Pour  entrer une  valeur  de Déc. négative, placez le curseur  clignotant  sur le symbole"+" à l'aide  de la touche de correction W et pressez  la touche NEXT  pour transformer  le "+"en "-".  Poussez  le curseur sur le premier  chiffre de la valeur à modifier à l'aide de la touche E et entrez les nouvelles coordonnées. Pour changer un"-" en"+", utilisez la même  procédure,  mais  pressez  simplement  la touche  PREV au lieu de NEXT.

3. Mode trois : CLOCK /CALENDAR

L'horloge  et le calendrier sont la "pulsion vitale" du calculateur de votre LX200. Elles demeurent  en fonctionnement continu grâce à une pile de sauvegarde à très longue durée de vie, et cela même en l'absence d'alimentation extérieure. A la mise sous tension, cette base de temps permet au calculateur d'établir avec une précision extrême la position des planètes ainsi que des objets du ciel profond en fonction du site d'observation, de la date et de l'heure.

Grâce à la pile de sauvegarde, il n'est pas nécessaire d'entrer date et heure à chaque observation, ce qui améliore encore la convivialité de l'appareil.

L'entrée de la date et de l'heure ainsi que du décalage entre l'heure locale et l'heure GMT s'effectue selon une procédure décrite en détail dans le chapitre O. (voir p.19). Veiller à entrer l'heure dans le format choisi par le menu 12/24 HOUR TELESCOPE (sur 12 ou 24 h).

La pile au lithium de 3V de type Panasonic CR 2032 ou Duracell DL 20328 est logée derrière le panneau de branchements. Voir l'Annexe E pour son remplacement (p. 85}.

4. Mode 4 : TIMER/FRÉQ

a. Menu TIMER=Menu Option

  Le menu TIMER=menu option permet de programmer avec précision sur une période de 12 heures maximum différentes taches d'observation ou de prise de vue. Le compte à rebours s'effectue en Heures, Minutes, Secondes. Un "Bip" modulé vous avertit de l'écoulement de la durée programmée.

Pour régler le timer, déplacez  l'index d'affichage sur TIMEA= 00:00:00. Maintenez la touche ENTER jusqu'à entendre un double "Bip" accompagné du curseur clignotant. Entrez le nombre  d'heures, minutes et secondes voulu. Pour corriger une valeur, utilisez les touches E et W pour déplacer le curseur jusqu'au chiffre voulu. Enfin, pressez la touche ENTER, ce qui efface le curseur. Pour débuter le compte à rebours, pressez ENTER. De nouvelles pressions sur ENTER permettent d'interrompre le décompte et de le reprendre à volonté.

Si vous souhaitez programmer directement un compte à rebours de 12 h, pressez simplement la touche

ENTER sans la maintenir, puis pressez-la à nouveau pour démarrer le décompte.

b. Menu FREQ=

Ce menu vous permet de modifier la vitesse de suivi selon l'axe en A.O., mais elle ne modifie pas les vitesses du déplacement par les touches manuelles N/S/EJW. La vitesse de suivi est commandée par la fréquence de la base de temps numérique qui peut être ajustée librement par dixièmes de Hertz entre 56,4  et 60,1  Hz afin de vous permettre un ajustement à tout objet "exotique" observé. Voici quelques valeurs courantes:

NOTE : le Smart Drive ne corrige le suivi qu'à la fréquence qui a été utilisée pour son apprentissage

(Typiquement : 60,1  Hz).

Le menu FREQ= comporte trois options différentes que l'on peut afficher en pressant la touche ENTER après avoir  amené le curseur sur FREQ=. A la mise sous tension, la fréquence par défaut est 60,1  Hz (FREO= 60,1  Q). La fréquence du Quartz de régulation est fixée avec une très grande précision et ne peut varier. Pour choisir une fréquence autre que Je réglage de  base du Quartz à 60,1  Hz, presser la touche ENTER   pour afficher 60,1  M, puis, si nécessaire (voir plus bas) une fois encore ENTER pour faire apparaître les flèches d'altération vers le haut ou vers le bas. Les deux méthodes sont expliquées ci-dessous.

L'affichage 34  montre le premier affichage de fréquence manuelle. Pour modifier la valeur numérique, maintenez la touche ENTER enfoncée jusqu'à obtention du double ''Bip" et du curseur clignotant. Il suffit alors d'entrer la nouvelle valeur au clavier et de presser ENTER.

 

Ecran 34 

 

L'Affichage 32  montre le deuxième affichage permettant l'altération de la fréquence par pas successifs de 1/10  de Hz, en utilisant les touches PREV et NEXT. Cette méthode est extrêmement pratique pour vous permettre d'ajuster la fréquence sur le déplacement réel d'une planète ou d'une comète, d'un astéroïde, etc. Pour quitter cette option, pressez la touche MODE.

 

Ecran 35

 

5. Mode 5 : KEYPAD OFF 1 BRIGHTNESS ADJUST

Pour permettre une adaptation totale de la vision nocturne à l'observation d'objets extrêmement faibles, il sera parfois indispensable d'atténuer l'éclairage rouge de la raquette, voire de l'éteindre  complètement. Pour ce faire, pressez  la touche MODE jusqu'à extinction de l'éclairage intégré (c'est l'option "OFP').

Pour régler la luminosité, pressez la touche ENTER et ajustez la valeur à votre goût avec les touches

PREV et NEXT. Pour quitter, pressez la touche MODE.

NOTE : le "rétro-éclairage"  est obtenu par 4 LED  rouges placées  sur la tranche d'une  plaque  de Plexiglas qui fait office de "guide à lumière". Il est impossible d'obtenir une luminosité parfaitement identique de toutes les touches, les plus proches des LED étant toujours un peu plus éclairées.

 

H. GROSSISSEMENTS ET ANGLES DE CHAMP

1. Grossissements

Le grossissement du télescope est fonction du rapport de deux grandeurs essentielles : la distance focale du système optique principale et celle de l'oculaire utilisé. La distance focale du Modèle 8 pouces peut être arrondie à 2000 mm, tandis que celle du 10 pouces est d'environ 2500 mm (exactement 2540 mm). Pour calculer le grossissement, diviser la focale du télescope par celle de l'oculaire (toutes deux exprimées dans une même unité, ici des mm). Par exemple, l'oculaire de 26 mm fourni avec les télescopes LX200 donne le calcul suivant :

Grossissement = 2000mm/26mm = x 77

Le type d'oculaire ("MA'' ou Achromatique Modifié, "OR" ou Orthoscopique, "SP" ou Super Plossl, etc.) n'affecte pas le grossissement, mais les caractéristiques optiques telles l'angle et la planéité du champ, la correction de l'aberration chromatique, etc.

Le grossissement maximum est limité par le type d'objet que l'on observe, mais aussi, très souvent, par les conditions atmosphériques. Une atmosphère extrêmement stable, sans turbulence notable permet d'utiliser le Modèle 8 pouces jusqu'à un grossissement limite d'environ x 500, tandis que le 10 pouces peut " monter" jusqu'à x 600. En règle générale, toutefois, ces valeurs sont divisées par deux par la turbulence, même faible (soit des valeurs pratiques de x 250 à x 350 selon l'instrument, l'objet à observer en haute résolution et le site). Avec une atmosphère turbulente, provoquant un scintillement marqué des étoiles, augmenter le grossissement ne fait pas apparaître de détails nouveaux, mais se traduit par une dégradation du contraste et du confort d'observation. Il en va de même tant que l'instrument n'a pas atteint un équilibre thermique satisfaisant avec son environnement (de 1/2 h à 1 h selon le différentiel entre la température ambiante et celle de l'instrument). Enfin, les objets faibles du ciel profond (nébuleuses, galaxies) doivent être observés à faible grossissement pour une luminosité maximale.

Toujours commencer les observations avec un oculaire faible (la plus longue focale disponible). Centrez soigneusement l'objet observé dans le champ et faites une mise au point fine. Passez alors à la focale immédiatement au-dessous. Si l'image devient floue, tremblotante, revenez au grossissement inférieur : c'est le signe d'une turbulence trop élevée pour le grossissement. Une image petite mais lumineuse, stable, nette, contrastée (bref, "piquée") est plus agréable et offre une meilleure perception des détails et des couleurs qu'une image plus grande mais floue, tremblante et peu contrastée!

En raison de certaines caractéristiques de l'œil (en particulier le diamètre pupillaire maximum et de la conception  optique  des télescopes, on rencontre  également  une limite inférieure  au grossissement (grossissement minimal). En observation nocturne, avec une pupille dilatée, le grossissement minimum est d'environ x 4 par pouce d'ouverture, soit environ x 32 pour un 8 pouces et x 40 pour un 10 pouces. En plein jour, le diamètre de la pupille est réduit par la luminosité. Le grossissement minimal passe alors respectivement à x 60 et x 75 environ pour une observation confortable. La plage de grossissements raisonnable en observation terrestre s'étend de x 80 à x 190 pour le Meade LX200 de 8 pouces et de x 100 à x 200 pour le Meade LX200 de 10 pouces.

Des accessoires permettent d'augmenter ou de diminuer le grossissement de l'oculaire (Barlow, réducteurs de focale). Votre revendeur Meade vous donnera tous les renseignements utiles sur ces équipements particulièrement utiles.

2. Champ apparent  et champ réel

Ces deux termes recouvrent deux réalités différentes. Le champ apparent est celui de l'oculaire et dépend de sa seule conception optique (en bonne approximation, de son angle de champ propre, embrassé par l'œil lorsque vous l'utilisez pour observer). Tandis que le champ réel, lui, désigne la portion de ciel effectivement visualisée et dépend, non seulement de l'oculaire utilisé, mais encore du télescope et de son angle de champ propre.

Le champ réel d'un télescope peut être calculé lorsqu'on connaît le champ apparent et le grossissement de l'oculaire avec un télescope donné. Le champ réel s'obtient alors en divisant le champ apparent par le grossissement

Le tableau suivant donne les caractéristiques principales (grossissement/champ réel} des oculaires Meade en fonction du télescope Schmidt-Cassegrain Meade sur lequel il est monté.


ANNEXE A

LES TABLES ÉQUATORIALES

Les télescopes Meade LX200 font appel à deux tables équatoriales différentes. Sélectionnez le paragraphe qui fait référence à votre propre équipement

1. Table Équatoriale 8" (pour LX200 de 203 mm)

 

Cette  table  équatoriale  permet  d'exploiter  le  télescope  Meade  LX200  en utilisation  astronomique (montage "équatorial"). La table se monte sur le trépied (tel que décrit ci-dessus) et reçoit la base de la monture à fourche (voir Fig.11}.

 

ATTENTION : la Table Équatoriale Meade est conçue pour être exclusivement utilisée avec le trépied Meade. En particulier, la Table équatoriale ne devrait jamais être utilisée sans le trépied (directement posée sur une surface plane telle que table ou muret par exemple). Dans ce cas, le poids du télescope peut rendre l'ensemble dangereusement instable et provoquer une chute.

La table équatoriale pour télescope Meade LX200 de 8 pouces est de conception moderne et offre plusieurs caractéristiques visant à simplifier l'installation et à faciliter la mise en œuvre de l'instrument. Lorsque vous aurez expérimenté la table équatoriale en conditions réelles d'utilisation, vous constaterez immédiatement l'intérêt de sa conception fonctionnelle. Ses caractéristiques principales sont

 

1 - Fixation rapide de la table équatoriale au trépied par un seul écrou-papillon.

2 - Réglage azimutal rapide par simple desserrement d'un seul écrou-papillon.

3 - Niveau à bulle pour une mise à l'horizontale rapide du pied et de la table.

4 - Échelle graduée très précise pour un ajustement rapide de l'angle en fonction de la latitude du lieu d'observation.

 

L'assemblage  de la Table Équatoriale s'effectue en suivant la procédure ci-dessous (tous les accessoires tels que visserie, éléments divers, écrous-papillons sont inclus dans son emballage) :

1 - La table équatoriale est constituée de deux parties : l'embase et le support basculant  {voir Fig.8). Commencer  par fixer le support basculant sur l'embase à  l'aide  des écrous-papillons.  Utiliser deux écrous munis de rondelles de chaque côté de la table, soit en tout quatre écrous-papillons pour la fixation des deux éléments

2 - Placer la table équatoriale sur la tête du pied : la tige filetée dépasse alors du trou central de la plaque de base de la table. Visser l'écrou papillon de 6 cm de diamètre sur la tige filetée et serrer fermement.

a. Réglage azimutal

Le dispositif de réglage azimutal destiné à la table équatoriale et au trépied Meade est livré dans un sachet en plastique et comprend les éléments suivants :

0 Base azimutale (grande pièce d'aluminium en U)

0 Bras azimutal {petite pièce d'aluminium en 1)

0 2 boutons moletés de réglage de l'azimut

0 2 vis tête fraisée cruciformes

0 2 vis tête ronde cruciformes

Suivre les étapes ci-après pour le montage du dispositif de réglage azimutal sur la table équatoriale et le trépied:

1 - Otez les quatre vis qui bouchent les trous filetés dans la table équatoriale et dans la tête du trépied

(Utiliser un tournevis cruciforme}.

2 - Fixez le bras azimutal à la table équatoriale à l'aide des deux vis à tête fraisée.

3. Fixez la base azimutale à la tête du trépied à l'aide des deux vis à tête ronde.

4 - Vissez les deux boutons moletés dans la base azimutale jusqu'à ce qu'ils viennent en contact du bras azimutal.

Le dispositif de réglage fin azimutal est opérationnel. Pour effectuer le réglage, commencer par desserrer

Légèrement  la grande vis-papillon centrale et utiliser alternativement les deux boutons moletés en "vis poussantes" jusqu'à obtenir l'orientation exacte souhaitée. Resserrer fermement la vis-papillon centrale.

 

b. Réglage de latitude Deluxe

Le dispositif de réglage fin en latitude Modèle Deluxe (Deluxe Latitude Adjuster ou DLA) se fixe directement à la table équatoriale et autorise un réglage angulaire très précis par simple rotation d'une vis papillon.

La table équatoriale des télescopes Meade LX200 8" Schmidt-Cassegrain est livrée déjà équipée de la grande barre transversale du dispositif DLA. Desserrer légèrement les deux écrous 6 pans qui la maintiennent (N°3, Fig.14) afin de permettre sa rotation si un ajustement final s'avère nécessaire. Visser la longue tige filetée (N°3, Fig.13) dans la barre transversale. L'extrémité de cette tige rentre dans le logement prévu à cet effet sous le support basculant de la table équatoriale. Resserrer  alors les deux écrous 6 pans de chaque côté de la grande barre transversale.

Le système DLA est prêt à l'emploi. Le réglage fin en latitude s'effectue de la manière suivante :

1 -Desserrez légèrement les vis-papillons (N°S, Rg.8) de chaque côté de la table équatoriale.

2- Tournez la vis-papillon de 'réglage en latitude: sa pression sous le support basculant le fait alors pivoter doucement.

3- Lorsque l'angle est atteint, resserrez les deux papillons latéraux (N°S, Rg.8).

ATTENTION : le montage du support basculant dans l'embase de la table se fait à frottement doux. Lorsque la grande barre transversale du système DLA est serrée, l'introduction du support basculant peut être difficile : en desserrant les deux écrous 6 pans de la barre  vous faciliterez l'installation  du support basculant.

 

2. Super Table Équatoriale (pour LX200 de 254 mm)

 

La Super Table Meade permet d'exploiter le télescope de 10 pouces pour la photographie "longue pose" (montage "équatorial"). La table se monte sur le trépied et reçoit la base de la monture à fourche LX200 (voir Fig.10).

ATTENTION : fa Super  Table  Meade  est conçue  pour être exclusivement  utilisée avec  le trépied Meade. En particulier, la Super Table équatoriale ne devrait jamais être utilisée sans le trépied, directement posée sur une surface plane telle que table ou muret par exemple. Dans ce cas, le poids du télescope peut rendre l'ensemble dangereusement instable et provoquer une chute.

La super table Équatoriale Meade pour télescope LX200 1o pouces est de conception moderne et offre

Plusieurs caractéristiques importantes visant à simplifier et à faciliter la mise en œuvre de l'instrument. Lorsque vous aurez expérimenté la Super Table Équatoriale en conditions réelles d'utilisation, vous constaterez immédiatement  l'intérêt de sa conception fonctionnelle.  Ses caractéristiques  principales sont les suivantes :

1 -Fixation rapide de la Super Table Équatoriale au trépied par un seul écrou-papillon (pour les applications astrophotographiques nécessitant une extrême stabilité, 3 boulons supplémentaires sont soumis).

2- Réglage azimutal rapide par simple desserrement d'un seul écrou-papillon.

3 -Niveau à bulle pour une mise à l'horizontale rapide du pied et de la table.

4- Échelle graduée très précise pour un ajustement rapide de l'angle en fonction de la latitude du lieu d'observation.

5 - Dispositif intégré de  réglage en latitude.

 

L'assemblage de la Super Table Équatoriale s'effectue en suivant la procédure ci-dessous (tous les accessoires tels que visserie, éléments divers, écrous-papillons sont inclus dans l'emballage):

1 -Dévissez les deux vis en Nylon situées à la périphérie de la tête du trépied. Visser dans cet emplacement le Bras Tangentiel de réglage azimutal à l'aide des deux boulons à douille 6 pans (utiliser la clé Allen-  Voir Fig.11a ci-dessous).

2 -Dévissez l'écrou 6 pans sur la tige filetée du pied. Tourner alors la tige filetée jusqu'à ce qu'une longueur de tige de 3,5 à 4cm dépasse au dessus de la tête du pied. Bloquer à nouveau l'écrou.

3- Placez la Super Table sur la tête du pied. La tige filetée dépassant de la tête doit pénétrer par le      trou central de la Super Table Equatoriale. Veillez à ce que le pointeau faisant saillie sous le dispositif de réglage azimutal intégré dans la table soit bien placé dans la fente du Bras Tangentiel (Voir Fig.11a ci-dessous).

4- Vissez le gros bouton moleté (avec boussole) sur la tige filetée. Vissez également les trois boulons à tête demi-ronde dans la tête du trépied après les avoir passés au travers des ouvertures ad hoc de la Super Table Équatoriale.

5. Les boulons de blocage inférieur du plateau basculant (voir élément A, Fig.11b) sont installés en atelier pour permettre un réglage en latitude jusqu'à 55°.  Si vous observez en un lieu dont la latitude est supérieure  à 55°,  dévissez  ces boulons et revissez-les  dans les  trous filetés inférieurs  (élément B,

Fig.12).


3. Installation du télescope LX200 de 8 ou 10 pouces sur la monture

Les télescopes Meade LX200 de 203 mm sont livrés avec trois vis-papillons pour le montage de la fourche sur le plateau basculant de la table équatoriale. Les Meade LX200 de 254 mm sont livrés avec trois boulons à douille 6 pans (clé Allen).

Vissez sur trois ou quatre tours t'un des boulons (ou vis-papillons selon modèle) dans le trou fileté placé sous l'embase de fourche {trou correspondant à la partie avant, arrondie, de l'embase,  à l'opposé du panneau de commande- voir N°4, Fig.12). Ne pas visser à fond pour permettre l'introduction du boulon dans la fente de la table équatoriale.

Vérifiez que les vis-papi119ns ou les boulons sur le côté de la table équatoriale (N°5, Fig.8 ou Fig.10) sont fermement serrés.

Saisissez le télescope par les deux bras de la fourche, panneau de commande tourné vers vous. Posez l'embase de la fourche sur le plateau basculant, un peu en avant de manière à engager la vis-papillons ou le boulon dans la fente correspondante.

Vissez alors les deux écrous ou vis-papillons complémentaires dans l'embase de fourche, au travers des ouvertures correspondantes dans le plateau basculant de la table équatoriale. Vissez fermement les trois boulons ou vis-papillons de manière bien égale et progressive, sans jamais forcer.

Le télescope est à présent monté sur la table équatoriale et sur le pied. Le réglage fin de l'azimut et de la latitude est désormais possible : la procédure de "mise en station" (alignement de l'axe de rotation "polaire" sur le Nord géographique) sera décrite en détail plus avant, au chapitre consacré  à l'alignement sur le pôle céleste (Annexe 8 : utilisation équatoriale).

 

ATTENTION : lorsque vous desserrez les vis-papillons ou les boulons latéraux de réglage en latitude (N°5, Fig.8 ou Fig.10), le télescope n'est retenu que par le seul appui de la tige de réglage fin en latitude (dispositif DLA) lorsque celui-ci est installé comme indiqué plus haut. Il est néanmoins recommandé de soulager la tige filetée qui, du coup, supporte toute la masse du télescope et de la monture à fourche en retenant le télescope d'une main tandis que l'on ajuste la latitude de l'autre en tournant la vis-papillon.

 


4. Boussole magnétique pour télescopes LX200 de 8 ou 10 pouces

Cette boussole facilite la mise en place du télescope sur le site d'observation lorsque la Polaire est invisible, notamment en plein jour ou lorsqu'un immeuble ou tout obstacle naturel la dissimule au regard.

La boussole Meade dispose d'un réglage de compensation de la déclinaison magnétique locale (c'est à dire de la différence angulaire entre le Nord pointé par l'aiguille et le Nord géographique vrai correspondant à la direction effective de la Polaire vers laquelle l'axe horaire de la monture doit être pointé). Attention : ne pas confondre la ''déclinaison magnétique" avec la "déclinaison astronomique" qui désigne, avec l'ascension droite, le système de coordonnées célestes de cartographie du ciel.

a. Une lecture correcte de la boussole implique une compensation préalable de la déclinaison magnétique de votre site d'observation.

1. Commencez par déterminer la déclinaison magnétique du lieu d'observation à l'aide d'une carte iso goniométrique telle que celle présentée (voir Fig.15).

2. Bloquez, avec le pouce et l'index de la main gauche, la couronne centrale.

3. De la main droite, faites tourner la couronne extérieure de manière à amener l'index de compensation (la flèche noire peinte sur la surface claire interne) sur la valeur angulaire de déclinaison magnétique appropriée. Notez qu'une compensation  vers l'Est s'effectue à droite du repère central (index Nord} tandis qu'une compensation  vers l'Ouest  s'effectue  à  gauche de ce même  repère. Par exemple, la Fig.16 montre une compensation de 16° vers l'Ouest.

 

b. Installation de la boussole

La boussole est à présent corrigée pour l'angle de déclinaison du site d'observation. Pour la fixer à la table équatoriale, procéder comme suit:

1. Glisser la boussole dans le logement au centre du gros bouton moleté de fixation de la table sur le trépied. Placer la boussole de telle manière que le Nord soit orienté vers l'une des 9 pointes du moletage (voir Rg.16). Enfoncer la boussole au fond de son logement.

2. Fixer, si nécessaire, la table équatoriale sur le trépied comme indiqué  plus haut, à l'aide du bouton moleté vissé sur la tige filetée du trépied.

 

c. Recherche du Nord vrai

La boussole est, à présent, prête à l'emploi. Suivez la procédure ci-après pour un réglage rapide et facile en azimut :

1. Desserrez légèrement le bouton moleté, ce qui permet la rotation de la table équatoriale (Fig.17). L'aiguille mobile indique le Nord magnétique.                     


2. Tournez le bouton moleté de manière à superposer l'aiguille correctrice et l'aiguille mobile (Fig.18).

L'indication du Nord sur l'échelle circulaire (et la pointe du moletage qui lui correspond) indique désormais directement le Nord vrai.

3. Faites pivoter la table équatoriale (en azimut} jusqu'à ce que l'indication du Nord géographique pointe vers le niveau à bulle qui matérialise l'axe central de la table équatoriale (Fig.19), ainsi correctement orientée vers le Nord vrai.

4. Revissez le bouton moleté pour bloquer la table équatoriale.

Le télescope est ainsi pointé directement vers le Nord céleste (réglage évidemment approximatif).

 


ANNEXE B

 

UTILISATION ÉQUATORIALE

1. Coordonnées célestes : déclinaison et ascension droite

Les objets célestes sont repérés par leurs coordonnées sur la "sphère céleste", sphère imaginaire sur laquelle ils semblent accrochés. Ce système est identique à celui des coordonnées terrestres en latitude et longitude. Les pôles de la sphère des coordonnées célestes sont définis comme les points où une ligne imaginaire passant par les pôles terrestres viendrait traverser la sphère céleste. Le pôle Nord céleste est actuellement situé à proximité d'une étoile de référence : l'Étoile Polaire.

 

A la surface de la Terre, la longitude désigne des lignes imaginaires reliant le pôle Sud au pôle Nord. De même, la latitude désigne les lignes parallèles  à l'équateur qui "découpent" la Terre en tranches "horizontales" du Nord au Sud. L'équateur céleste est une simple projection de l'équateur terrestre sur la sphère céleste. De même que les coordonnées des lieux sur la terre sont spécifiées par une longitude et une latitude, leur projection sur la sphère céleste donne naissance à une grille de coordonnées d'utilisation similaire.

 

L'équivalent céleste de la latitude est appelée "déclinaison" (ou, en abrégé, Dec.). Sa mesure est donnée en- degrés, minutes et secondes Sud (signe"-") ou Nord (signe"+") par rapport à l'équateur céleste. Chaque point de l'équateur céleste (qui passe, par exemple, par Orion, la vierge ou les Poissons) est donc désigné comme la déclinaison 00°, 00', 00". La déclinaison de l'étoile Polaire, très proche du Pôle Nord géographique céleste (+90°) est affectée de la déclinaison +89,2°.

 

L'équivalent céleste de la longitude est appelé ascension droite ou AD. Sa mesure s'effectue en heures, minutes et secondes  depuis une ligne d'origine imaginaire traversant la constellation de Pégase. Les A.O. se mesurent ainsi de 00h, 00mn, 00 jusqu'à 24h, OOmn, OOs au bout d'un tour complet. La sphère céleste est ainsi subdivisée en 24 lignes principales séparées par un intervalle de 15°. Les objets situés de plus en plus à l'Est de la ligne d'origine des ascensions droites (OOh, OOmn et OOs) sont affectées de valeurs croissantes en AD.

 

La recherche des objets avec le télescope (en particulier des objets faibles, à peine visibles dans un chercheur, même lumineux) se trouve grandement facilitée par le système des coordonnées célestes en AD et Déc. A cette fin, la monture à fourche des télescopes Meade LX200 comporte deux cercles divisés de précision  pour la lecture des coordonnées  célestes en AD. et Déc. (N°10, Fig.3 et N°3, Fig.3). Toutefois, ces cercles divisés ne se révèlent réellement efficaces que si le télescope a préalablement été mis en station de manière satisfaisante.

 

2. Mise en station

Les objets du ciel profond donnent l'illusion de tourner au cours de la nuit autour du pôle céleste. Bien sûr, ces objets sont fixes et leur mouvement apparent résulte du mouvement de la Terre en sens inverse. Les étoiles effectuent une révolution complète en 24 h, décrivant des cercles concentriques dont le centre est le pôle céleste. En alignant l'axe horaire du télescope sur le pôle céleste (Nord dans notre hémisphère, Sud dans l'autre), le "suivi" des objets du ciel profond est obtenu par une simple rotation autour de cet axe, en sens inverse, à vitesse identique et constante. C'est pourquoi l'axe "horaire" est aussi appelé axe "polaire". Dans le cas des télescopes Meade LX200, ce mouvement est assuré par le moteur horaire et son système de commande Smart Drive par quartz.

 

Lorsque le télescope est correctement aligné sur le pôle céleste, il n'est quasiment pas nécessaire de faire appel à des corrections en déclinaisons {les corrections en A.O. n'ayant pour rôle que de compenser les irrégularités infimes de rotation). Si Je télescope était parfaitement aligné, aucune correction en Déc. ne serait théoriquement nécessaire. Néanmoins, une mise en station rigoureuse n'est réellement utile que pour l'astrophotographie en longue pose. Pour une observation visuelle courante, un pointage à +1-  1 ou 2° de la Polaire est plus que suffisant, puisqu'il se traduit par un suivi satisfaisant (l'objet pointé demeure dans le champ entre 20 et 30 minutes sans repointage).

Utilisez la mise en station sur la Polaire chaque fois que cela est possible. Cette étoile de luminosité moyenne est  facile à trouver : il suffit de prolonger environ 5 fois les  étoiles de l'extrémité de la "casserolle » que représente la Grande Ourse, bien connue de tous, même débutants (voir Fig.26). Une fois trouvée l'Étoile Polaire, la mise en station grossière devient un jeu d'enfant !

Suivez cette procédure :

1. En utilisant la boussole et le niveau à bulle situé sur l'embase de la table équatoriale (qui matérialise l'avant du système), orientez votre équipement vers le Nord et ajustez les pieds du trépied de manière à ce que l'ensemble soit bien horizontal.

2. Réglez la table équatoriale sur la latitude du lieu d'observation comme il est indiqué au chapitre 3.

 

 

3. Débloquez le verrou en déclinaison (N°2, Fig.10) et tournez le tube autour de cet axe jusqu'à lire 90°sur le cercle divisé. Bloquez le verrou.

4. A l'aide des boutons de réglage en latitude et en azimut de la table équatoriale, peaufinez le centrage de l'étoile Polaire dans le champ. Attention : n'utilisez surtout pas les boutons de réglage fin, mécaniques ou électriques, en AD et en Déc.: c'est l'axe horaire qu'il faut aligner, pas le tube du télescope!

Pour votre première utilisation  du télescope, vérifiez le réglage  du cercle divisé en Déc., situé au sommet du bras gauche  de la fourche (N°3, Fig.3). Lorsque  l'alignement sur la Polaire est satisfaisant, centrez l'étoile dans le champ  de l'oculaire et desserrez  légèrement le bouton central de blocage  du cercle divisé. Tournez le cercle  jusqu'à ce qu'il affiche 89,2° (l'angle de déclinaison de la Polaire) et re-bloquez les cercles pour éviter tout déréglage accidentel.

Une fois que l'angle de latitude est ajusté selon la procédure ci-dessus, il n'est plus nécessaire de la répéter à chaque mise en œuvre du télescope, sauf dans le cas ou l'on se déplace nettement  vers le Sud ou vers le Nord du lieu d'observation initial (un déplacement de 120 Km correspond approximativement à un changement  de latitude  de 1°). La table équatoriale peut même être détachée du pied sans Inconvénient, dès lors que l'angle  de réglage  n'est pas modifié  et que le trépied est remis d'aplomb  à l'aide du niveau à bulle.

3. Mise en station précise

Rappelons qu'il n'est absolument pas indispensable d'effectuer une mise en station précise pour une simple séance d'observation visuelle. Ne laissez pas le pur plaisir de la découverte et de l'observation du ciel être gâché par un travail de réglage inutilement précis, long et fastidieux! Au contraire, utilisez le mode altazimutal et sa mise en œuvre facile et rapide. En revanche, pour l'astrophotographie en pose longue, il est absolument essentiel de réaliser une mise en station des plus soignées.

 

Quelle que soit la précision et la régularité du système d'entraînement Meade LX200, quelques corrections en AD restent nécessaires. En outre, si la mise en station n'est pas parfaite, des corrections en Déc. vont s'y rajouter. Or, moins on doit corriger, meilleur sera le suivi. Et ce d'autant plus que la pose s'allonge (par poses longues, on entend des poses s'étendant de 10 à 120mn environ). A noter, les corrections en Déc. dues à une mise en station imparfaite sont très pénalisantes.

Une mise en station précise nécessite le recours à un oculaire réticulé. Le modèle Meade Réf. 419 MA de 12 mm comporte un réticule éclairé et convient parfaitement à la mise en station comme au contrôle du suivi. Pour une mise en station encore plus précise, vous pouvez augmenter le grossissement en utilisant une lentille de Barlow x 2 ou x 3. Suivez la procédure ci-dessous, inspirée de la méthode de Bigourdan et parfois connue sous le nom de "méthode par contrôle des déviations" :

1 -Effectuez une mise en station approximative selon la méthode indiquée plus haut. Montez l'oculaire réticulé sur le renvoi coudé.

2- Mettez le moteur du télescope en marche et pointez une étoile de brillance modérée située près du point d'intersection entre le méridien du lieu et t'équateur céleste (le méridien local est la ligne Nord-Sud passant par le zénith). Les meilleurs résultats sont obtenus avec une étoile située à +/-30 minutes en AD du méridien et +/-5° de t'équateur céleste en Déc. Pour trouver une bonne candidate en partant de la position de mise en station approximative, il suffit de basculer le tube en position Déc. = 00 sans rien toucher à L'AD et de centrer avec les mouvements lents l'une des étoile ainsi amenées dans te champ.

3 - Notez alors au bout de quelques minutes de suivi sans correction la déviation de l'étoile guide en

Déc. (sans tenir compte du déplacement en AD) :

a- Si l'étoile dévie vers le Sud (vers le bas), l'axe polaire est pointé trop à l'Est (Fig.22)

b - Si l'étoile dévie vers le Nord (vers le haut), l'axe polaire est trop à l'Ouest (Fig.23)

4- Utilisez le réglage fin en azimut pour déplacer horizontalement la table équatoriale afin de repointer l'axe polaire dans la bonne direction. Reproduisez cette opération jusqu'à ce que toute déviation Nord­Sud soit supprimée. Suivez alors l'étoile pendant une période plus longue (10 à 15 minutes) pour vous assurer qu'aucune correction complémentaire n'est nécessaire.

5- l'étape suivante consiste à viser une autre étoile de brillance moyenne située à l'horizon Est, toujours proche de l'horizon céleste pour mettre les déviations plus rapidement en évidence. L'idéal est une étoile située à 20 ou 30° au dessus de l'horizon, et à +/- 5° de l'équateur.

6- Notez, là encore, les déviations de l'étoile. Mais, cette fois, en déclinaison :

a- Si l'étoile dévie vers le Sud (vers le bas), l'axe polaire est pointé trop bas (Fig.24)

b- Si l'étoile dévie vers le Nord (vers le haut), l'axe polaire est pointé trop haut (Fig.25)

7- Utilisez le dispositif de réglage fin en latitude pour ajuster l'angle du télescope avec le sol. Procédez ici encore par retouches successives jusqu'à obtenir une période de 10 ou 15 minutes sans déviations notables.

Cette procédure, pour longue et fastidieuse qu'elle puisse paraître, conduit à une mise en station très précise qui réduit les corrections nécessaires en pose longue et augmente donc considérablement le confort du guidage. Elle doit absolument être entreprise avant toute séance de prise de vue du ciel profond pour des résultats optimaux en pose longue sur film ultra-fin.

 
ANNEXE C

LIBRAIRIE D'ÉTOILES  POUR MISE EN STATION DU LX200 ET CARTES DU CIEL

1. Etoiles pour mises en station

Le calculateur du LX200 fait appel à 33 étoiles brillantes et très connues pour assurer la mise en station du télescope en mode équatorial et pour le "synchroniser'' sur le ciel en mode altazimutal. Ces étoiles ont été spécialement  sélectionnées de manière à permettre à chacun, où qu'il soit dans te monde et quelle que soit l'heure  et la saison, de trouver des éléments suffisants pour réaliser les alignements souhaités. Vous trouverez ci-dessous le tableau des 33 étoiles utilisées par le calculateur du LX200 :



2. Cartes du ciel

(pour un observateur dans l’hémisphère nord)

 




 


ANNEXE D

CATALOGUE  DE 747 OBJETS DU CALCULATEUR  LX200

1. Le catalogue intégré de 747 objets

La  bibliothèque  de  747  objets  intégrés  au calculateur  du LX200  comprend,  outre  les  planètes  du Système Solaire,  les objets du ciel profond, étoiles, nébuleuses, galaxies, amas, etc. les plus intéressants et les plus beaux. Plus précisément, il comprend les 110 objets du catalogue de Messier, 278 objets parmi les plus remarquables du catalogue NGC (amas d'étoiles, galaxies, nébuleuses diffuses ou planétaires), 351 étoiles intéressantes (très brillantes, doubles et étoiles polaires) ainsi que les huit planètes du Système Solaire.

 

Les catalogues classiques Messier (M) et NGC ont été incorporés au catalogue CNGC spécialement conçu par Meade. CNGC signifie "Computerized New General Catalog of non stellar astronomical objects", Nouveau Catalogue Général Informatisé des objets astronomiques non stellaires. Le catalogue CNGC constitue une amélioration du catalogue RNGC (Revised New General Catalog  ou Nouveau Catalog Général Révisé). Le catalogue CNGC indique les dimensions angulaires des objets en arc/seconde sur l'affichage de la raquette. La bibliothèque d'objets LX200 peut aisément être étendue à

8.000 objets en rajoutant simplement deux "puces" de mémoire morte sur le circuit imprimé  {à commander auprès de votre revendeur Meade).

 

 

Le catalogue CNGC complet comporte exactement 7.840 objets qui, pour la plupart, portent le même numéro dans ce nouveau catalogue et dans l'ancien, moins complet, le RNGC. Plus de 400 objets ont été rajoutés au catalogue RNGC pour créer le catalogue CNGC (en fait, la plupart de ces objets auraient pu figurer dans le catalogue RNGC original pour leur taille et leur luminosité).

 

2. Le catalogue CNGC

Le catalogue CNGC constitue une amélioration du catalogue RNGC sur plusieurs points. Notamment, le catalogue CNGC indique les dimensions angulaires des objets en arc/seconde et la luminosité est indiquée avec une précision de 0,1 magnitude chaque fois que cela est possible.

 

Les coordonnées célestes des objets sont indiquées dans le catalogue CNGC pour l'an 2000 (Epoque

2000). Toutefois, les coordonnées  réelles sont calculées  en fonction de la date à chaque mise sous tension du LX200. Bien entendu, les données calculées sont indépendantes de l'époque de réalisation du catalogue et plus précises. Il peut en résulter une légère différence entre les coordonnées affichées par le calculateur sur la raquette et celles du listing du catalogue CNGC calculées pour l'Epoque 2000.

 

Les différents objets se sont vu attribuer un "indice de qualité visuelle" (VQ ou Visuai Quality Rating). Beaucoup d'objets ont fait l'objet d'observations attentives. Pour rendre cet indice aussi efficace que possible, les différents objets ont été observés sous des conditions identiques, avec un instrument et un oculaire semblables. Seuls les très petits objets ont fait l'objet d'une observation avec un oculaire de plus fort grossissement En revanche, les conditions d'observations rencontrées (la transparence et l'obscurité du ciel de votre site) vont largement influer, au jour le jour, sur la visibilité des objets.

 

Lorsque l'indice de qualité visuelle du catalogue CNGC est attribué par l'observation, il est indiqué sur             ' le listing en lettres capitales (ABC...). Au contraire, lorsque l'objet n'a pas effectivement été observé, mais que son indice VQ a été déduit (par calcul informatique) du type de l'objet, de sa taille et de sa Magnitude, son indice VQ est indiqué en petits caractères {abc...). Les indices  va des objets qui ont été effectivement observés constituent un guide autrement stable et efficace de leur apparence et de leur "observabilité" que les simples données sur le type, la magnitude ou les dimensions angulaires.

Voici la correspondance entre l'indice va et l'apparence visuelle des objets :

Tous, ou presque tous les objets du catalogue CNGC sont visibles avec l'équipement instrumental standard sous des conditions d'observation similaires à celles utilisées pour déterminer l'indice VQ. En fait, ces indices donnent une excellente indication des observations pouvant être réalisées par des observateurs compétents sous un excellent ciel et avec un équipement similaire. Bien sur, l'utilisation d'un télescope de plus petit diamètre ainsi qu'une dégradation de la qualité du site (brume, nuages d'altitude, lumières parasites) va altérer les possibilités d'observation.


 

 

 

Voici la description du format du listing optionnel de chaque objet du catalogue :

COLONNE

 

 

1

NOM

 

 

CNGC#

DESCRIPTION

 

 

CNGC 0001 à CNGC 7840

2

RA

Ascension Droite {A.D.)

3

DEC

Déclinaison (Déc.}

4